Faits divers – Justice

Cambrioleur tué à Vançais dans les Deux-Sèvres : l'occupant de la maison va être mis en examen pour meurtre

Par Rivière Isabelle et Jade Peychieras, France Bleu Poitou et France Bleu mercredi 15 novembre 2017 à 11:38 Mis à jour le jeudi 16 novembre 2017 à 18:38

C'est ici que les malfaiteurs ont cherché de l'aide
C'est ici que les malfaiteurs ont cherché de l'aide © Radio France - Noémie Lair

Au milieu de la nuit entre mardi et mercredi, deux hommes demandent de l'aide dans le quartier de l'Intermarché de Lusignan. Ils ont été blessés par balle par l'occupant d'une maison dont ils tentaient de cambrioler la grange. Le temps que les secours arrivent, l'un des deux décède.

La thèse de la légitime défense ne tient pas. L'homme de 63 ans, un retraité de la SNCF, qui a abattu un cambrioleur et blessé un autre dans la nuit de mardi à mercredi est toujours en garde à vue. Il va être mis en examen ce vendredi matin pour homicide volontaire et tentative d'homicide volontaire. "Pour qu'il y ait légitime défense, il faut que la réponse soit proportionnelle, ce qui n'est pas le cas ici, précise le procureur de la République de Poitiers Michel Garrandaux. Les deux individus ont essuyés des tirs alors qu'ils étaient de dos. Il faut aussi avoir pénétré dans un lieu habité, et ici ce n'est pas la maison qui est en cause mais un terrain sur lequel se trouvait une grange agricole. Enfin, il faut des actes d'effraction ou de violence, et là encore ce n'est pas le cas." A aucun moment, selon ses propres déclarations, le sexagénaire ne s'est senti en danger. Il n'a fait l'objet d'aucune violence ni menace. "Il voulait simplement que les individus enlèvent leur cagoule, raconte-t-il", explique encore Michel Garrandaux.

Il est 3 heures du matin, cette nuit-là, quand deux hommes gravement blessés arrêtent leur Peugeot 207 sur le parking de l'Intermaché de Lusignan (Vienne). Les deux hommes frappent à la porte d'une habitation voisine pour demander de l'aide mais, à leur arrivée, les secours constatent rapidement le décès du plus âgé des deux : un homme de 32 ans, blessé au thorax. Son compère, un homme de 20 ans, est blessé à la jambe. Il est rapidement évacué au CHU de Poitiers, où il est toujours hospitalisé, pour être opéré. Grâce à son témoignage et à celui du mis en cause, les enquêteurs vont pouvoir reconstituer les faits.

Quelques heures avant le drame, vers 23h30 ce soir-là, les deux hommes, habitants de la Vienne, partent en direction des Deux-Sèvres pour y commettre des cambriolages. Ils s'introduisent dans une propriété de Vançais, rue de Saulniers, un terrain avec une grange. La parcelle est équipée d'un système de détection relié à la chambre du propriétaire, qui réside juste en face, de l'autre côté de la rue. Aussi, quand l'alarme se déclenche en pleine nuit ce mardi soir, le retraité saisit aussitôt son fusil : une carabine 22 long riffle équipée de laser et de lampes torches. Il ouvre sa fenêtre et tire sur le mur en face, sans même voir s'il y a quelqu'un. La rue n'est pas éclairée. Le sexagénaire sort de chez lui et s'approche de la grange dont la porte est entrouverte. Il somme les individus d'en sortir, ce qu'ils font, et leur demande de retirer leur cagoule. Les cambrioleurs tentent de s'enfuir, le propriétaire tire. Le plus jeune est touché à la jambe et le second dans le dos. La balle lui traverse le poumon avant de ressortir. L'auteur des coups de feu, un homme de 63 ans et son épouse, d'une cinquantaine d'années, sont interpellés et placés en garde à vue dans la matinée.