Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme retranché en haut d'une grue à Caen

samedi 2 décembre 2017 à 9:32 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Un homme est retranché depuis ce samedi matin en haut d'une grue à Caen. Ancien salarié d'Eiffage, il conteste son licenciement. La police et les pompiers sont sur place.

Un ancien salarié d'Eiffage est retranché en haut de la grue.
Un ancien salarié d'Eiffage est retranché en haut de la grue. © Radio France

Caen, France

L'homme s'est hissé tout seul en haut de la grue un peu avant 9h ce samedi matin. Grue située sur un chantier boulevard Clémenceau, près du conseil régional. Il a déployé une banderole sur laquelle il revendique une grève de la faim. Il en appelle au groupe Eiffage, dont il est un ancien salarié. Dans une revendication envoyée par internet, il dénonce des faits de harcèlement moral et un licenciement abusif. "Il est monté là haut avec un duvet et semble bien déterminé à rester le plus longtemps possible pour alerter sur sa situation", indique la police sur place depuis 9h. Présents également les pompiers du GRIMP, le groupe d'intervention en milieu périlleux.

Un habitué des grèves de la faim

L'homme n'en est pas à sa première grève de la faim. En 2014, il avait entamé une action similaire devant la Banque postale à Lisieux, qu'il accusait de lui avoir fait prendre des risques financiers lors d'un placement. Il réclamait à l'époque 11 000 euros à l'établissement bancaire.