Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme retrouvé mort attaché à un fauteuil à Piolenc

lundi 14 janvier 2019 à 18:55 - Mis à jour le jeudi 17 janvier 2019 à 13:40 Par Marie-Audrey Lavaud, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Un homme a été retrouvé mort samedi 12 janvier à Piolenc dans une situation des plus singulières. Son corps était partiellement attaché à un fauteuil et des objets sexuels se trouvaient à proximité.

véhicules de gendarmerie - photo d'illustration
véhicules de gendarmerie - photo d'illustration © Maxppp - Jean-François Frey

Vaucluse

Le corps sans vie d'un homme d'une soixantaine d'années a été retrouvé samedi 12 janvier à Piolenc. Peu avant 22 heures, les gendarmes l'ont découvert dans une chambre d'hôte, dévêtu et attaché partiellement à un fauteuil. Les gendarmes ont découvert la scène après être tombés sur la voiture de la victime, toutes portes ouvertes, et feux de détresse allumés sur le bord d'une départementale. 

Une autopsie sera réalisée ce mardi à Nîmes. Seules des lésions, des coupures apparaîtraient sur le corps selon les premières constatations. Cet examen médical permettra ainsi de confirmer l’identité de la victime, qui habiterait le Vaucluse,  et de savoir comment elle est morte. Les enquêteurs n'excluent aucune piste. Il peut s'agir d'un homicide volontaire après une mauvaise rencontre, ou un différend entre proches, ou un accident lors de pratiques sexuelles particulières. L'affaire est si singulière que la gendarmerie d'Orange travaille avec la section de recherche de Marseille, soit une quarantaine d'enquêteurs.