Faits divers – Justice

Cher : un homme poignardé à mort à Saint-Doulchard

Par Jonathan Landais, France Bleu Berry lundi 22 août 2016 à 11:55 Mis à jour le mardi 23 août 2016 à 15:38

POLICE JUDICIAIRE
POLICE JUDICIAIRE © Maxppp - Maxppp

Le quinquagénaire retrouvé poignardé ce lundi dans un square de Saint-Doulchard exerçait comme facteur sur la commune. L'agresseur est en fuite. La police judiciaire d'Orléans est saisie de l'affaire.

Il était sorti au petit matin promener son chien. Un homme de 56 ans a été poignardé à mort ce lundi matin alors qu'il se trouvait avec son bichon dans un square de Saint-Doulchard. Le meurtre a eu lieu entre 5h30 et 6h. C'est un passant qui a découvert le corps aux alentours de 7h lundi matin.

La victime a reçu de nombreux de coups de couteau "au niveau du dos et du thorax" . L'autopsie pratiquée mardi a révélé "une quarantaine de plaies plus ou moins importantes, dont la plupart ont été causées par un couteau" indique le Parquet de Bourges. L'homme est décédé d'une hémorragie interne.

Facteur à Saint-Doulchard

LE SQUARE OU A EU LIEU LE DRAME - Radio France
LE SQUARE OU A EU LIEU LE DRAME © Radio France - Michel Benoît

D'après les informations recueillies sur place par France Bleu Berry, la victime exerçait comme facteur sur la commune et devait prendre son service à 6h30.

"L'homme n'avait a priori pas d'argent sur lui, ni de papiers" indique la police, et il habitait à quelques centaines de mètres de l'endroit où il a été poignardé, "un quartier pavillonnaire calme", selon la mairie.

L'agresseur toujours en fuite

L'enquête a été confiée à la Police Judiciaire d'Orléans. Une quinzaine d'hommes de la PJ était à pied d'oeuvre dès lundi pour effectuer relevés d'empreintes et autres prélèvements ADN.

Deux hypothèses sont privilégiées : soit une mauvaise rencontre, sachant que "deux ou trois perturbations avaient été signalées dans ce square cet été liées à la présence de marginaux", indique le Parquet de Bourges, soit "une vengeance personnelle pour une affaire beaucoup plus grave".

Mardi à 15h, l'agresseur n'avait toujours pas été interpellé et l'arme du crime n'avait pas été retrouvée.

Partager sur :