Faits divers – Justice

Un homme s'accuse d'avoir agressé sexuellement et tué un enfant à Montpellier, pas de corps retrouvé

Par Sylvie Duchesne, France Bleu Hérault et France Bleu mercredi 4 octobre 2017 à 21:20

Jean Michel Porez, DDSP 34 et Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier
Jean Michel Porez, DDSP 34 et Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier © Radio France - Sylvie Duchesne

Un homme de 38 ans a été mis en examen pour enlèvement, séquestration de mineur de 15 ans suivi de mort et agression sexuelle à Montpellier. Mais aucune disparition d'enfant n'a été signalée et aucun corps n'a été retrouvé.

C'est une affaire complexe à laquelle sont confrontés les policiers de Montpellier. Un homme de 38 ans s'accuse d'avoir agressé sexuellement un enfant de 4 à 6 ans et de l'avoir tué. Mais aucun enfant n'a été porté disparu et aucun corps n'a été retrouvé.

C'est une femme qui dimanche 1er octobre, en fin d'après midi appelle les policiers. Elle se trouve dans le parc de Grammont et affirme avoir vu un enfant allongé, immobile et les yeux clos sur le siège passager d'une voiture. Le conducteur a démarré brusquement.

Grâce à la vidéosurveillance, la voiture est identifiée et son numéro d'immatriculation transmis aux policiers et aux gendarmes. Le conducteur est arrêté dans la soirée à Castelnau le Lez.

Il est seul et tellement ivre qu'il ne pourra pas être entendu avant lundi après midi. Il admet au fil des auditions, qu'il a bien fait monter dans sa voiture, un enfant âgé de 4 à 6 ans, à proximité du terrain de jeux, qu'il a eu des attouchements sexuels sur lui et des gestes qui "auraient pu conduire à sa mort".

Il indique aussi qu'il est prêt à montrer l'endroit où il a déposé le corps de l'enfant. Sur place, rien. Pas de corps. Plus étrange, aucune disparition d'enfant n'a été signalée, à Montpellier comme à travers toute la France.

Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

L'enquête se poursuit pour lever le mystère. Le procureur de la République de Montpellier parle " d'indices graves et concordants, même si, ajoute-t-il, ça ne démontre pas nécessairement qu'un enfant a été enlevé et tué."

"On imagine mal une famille qui ne signale pas la disparition d'un enfant aussi jeune"

Le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire. Il avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour des conduites en état d'ivresse et pour des appels malveillants. Jamais pour agression sexuelle.

Les policiers de Montpellier ont laissé un numéro de téléphone, au cas où des personnes pourraient apporter de nouveaux éléments à l'enquête : 04.99.13.52.86.