Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme tire par erreur sur son frère à Pré-en-Pail : 18 mois de prison ferme

vendredi 7 septembre 2018 à 11:08 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne et France Bleu

Dans la nuit du 6 juillet 2016 à Pré-en-Pail (Mayenne), un homme a blessé son frère par balle et par erreur. Ce dernier était impliqué dans une bagarre avec un troisième individu pour une histoire de pièces automobiles.

La salle principale d'audience du palais de justice de Laval
La salle principale d'audience du palais de justice de Laval © Radio France - Martin Cotta

Pré-en-Pail, France

La scène est confuse. La bagarre est violente. Quand les gendarmes arrivent cette nuit-là, deux hommes se battent à coups de pelle et de matraque sur le capot d'une voiture. L'un des deux a la poitrine en sang, neutralisé par son adversaire qui le tient par le cou. Dans la voiture, un autre homme est assis. Prostré, choqué. Des balles d'une carabine 22 long rifle jonchent les tapis de la voiture. L'arme appartient à cet homme, tout comme le véhicule.  

Deux familles s'opposent

Pour la justice ce dernier est le tireur et c'est lui qui a tiré sur son frère par erreur, le blessant au thorax. Un homme qui a changé plusieurs fois de version pendant l'enquête, parlant de manipulation, de guet-apens. Avant l'arrivée des gendarmes, une autre bagarre opposant des membres des familles de ces hommes avait éclaté. 

Le tireur n'était pas présent à l'audience, il habite le sud de la France et a simplement laissé une lettre dans laquelle il explique vouloir "oublier ce mauvais moment".

Le tribunal correctionnel de Laval le condamne donc à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis et une interdiction de port d'arme pour une durée de cinq ans.