Faits divers – Justice

Oise : un policier tue sa femme et ses enfants avant de se suicider en pleine gare

Par Géraldine Marcon et Germain Arrigoni, France Bleu Picardie et France Bleu dimanche 10 septembre 2017 à 14:02 Mis à jour le dimanche 10 septembre 2017 à 17:52

L'auteur du triple assassinat à la gare de Noyon est un policier
L'auteur du triple assassinat à la gare de Noyon est un policier © AFP - FRANCOIS GUILLOT

Le policier qui a tué sa femme et deux de ses cinq enfants a utilisé son arme de service. Le père de famille s'est suicidé sur le quai de la gare de Noyon (Oise) après ce triple assassinat. Une enquête est en cours

Quatre membres d'une même famille, deux adultes et deux enfants de 3 et 5 ans, ont été tués par balle dimanche matin à la gare de Noyon, dans l'Oise, le suspect présumé, le père, un policier de 38 ans, s'est suicidé après les faits. La procureure de la République de Compiègne a annoncé lundi qu'il a utilisé son arme de service.

L'auteur était policier

"L'auteur de cet assassinat est un fonctionnaire de police affecté à la préfecture de police de Paris, qui n'aurait pas supporté l'annonce par son épouse de son intention de le quitter", a déclaré la procureur de la République de Compiègne lors d'une conférence de presse dimanche en fin d'après-midi.

Trois des cinq enfants sont encore en vie. La jumelle d'une des victimes de 5 ans est indemne, alors qu'elle était, elle aussi sur le quai de la gare. Deux autres enfants, âgés de 7 et 9 ans, ont également échappé au drame. Ils devaient rejoindre leur mère à la gare dimanche matin, dans un autre véhicule. Faute de place lors du premier trajet entre le domicile familial et la gare, ils n'étaient pas montés avec le reste des enfants.
Les trois enfants rescapés du drame sont actuellement hospitalisés au service pédiatrie de Compiègne et accompagnés par une psychologue. Le parquet de Compiègne a ordonné de façon provisoire leur placement. Ils devraient être placés dans une famille d'accueil à leur sortie d'hôpital.

  - Visactu
© Visactu -

Une cellule d'écoute et d'accompagnement a été déclenchée dimanche soir pour être opérationnelle dès lundi matin, dans les écoles de Noyon où étaient scolarisés les enfants.