Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme tue sa mère dans une maison de retraite paloise

lundi 11 août 2014 à 20:11 Par Yannick Damont, France Bleu Béarn

L'homme aurait étranglé la vieille dame vendredi matin dans sa chambre de l'EHPAD Sainte Bernadette à Pau. Il reconnait les faits mais sans expliquer son geste. Il a été placé en détention provisoire.

affichette ste bernadette
affichette ste bernadette © Radio France - yannick damont

Vendredi matin, l'homme de 58 ans passe la porte d'entrée de la maison de retraite, rue Bonado à Pau. 

Le personnel a l'habitude de le voir. Il visite régulièrement sa mère, deux fois par semaine. Elle est agée de 94 ans. Le drame va se jouer dans sa chambre. Il l'étrangle de ses mains . Très vite, il est interpellé. Placé en garde à vue pendant  48 heures, il a été déféré au Parquet de Pau samedi matin. Il a été mis en examen pour meurtre par ascendant puis placé en détention provisoire.

Ce père de famille, divorcé, est sans histoire. Son casier judiciaire est vièrge. Il n'explique pas vraiment les raisons de son geste.

"Je devais le faire" , aurait-il dit aux policiers. Des expertises psychiatriques vont être effectuées. Pour son avocate, rien à voir avec une problématique de fin de vie et donc une affaire d'euthanasie.

Quant à la maison de retraite, une petite structure d'une cinquantaine de résidents, elle est sous le choc. La direction a apposé à l'entrée une affichette rappelant qu'il est "indispensable de tenir la porte bien fermée pour la sécurité de ses résidants ".

Maitre Marjorie Mailhol, l'avocate du meurtrier présumé. Son client est incapable d'expliquer son geste.