Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un imam palestinien assigné à résidence dans un hôtel de la Souterraine entame une grève de la faim

-
Par , France Bleu Creuse
La Souterraine, France

Un homme d'une cinquantaine d'année est assigné à résidence dans un hôtel de la Souterraine depuis mars 2018. Pour les services de renseignements français, c'est un imam radical qui a envoyé des jeunes en Syrie quand il habitait en Alsace.

La Souterraine
La Souterraine © Radio France - Sarah Vildeuil

Il n'en peut plus. Ce Palestinien d'une cinquantaine d'année doit pointer chaque jour à la gendarmerie. Et il est tenu de rester dans un hôtel de la Souterraine entre 21h et 7h du matin. Et cela depuis un an et demi. En signe de protestation, Mohammed al-Ashram a décidé d'entamer une grève de la faim. 

Avant la Souterraine, il avait déjà été assigné à résidence à Saint-Junien en Haute-Vienne. Et avant cela, dans les Deux-Sèvres. Depuis 2015, cet homme est brinquebalé d'hôtel en hôtel. Il fait l'objet d'une mesure d'expulsion du territoire français mais ne peut être concrètement expulser car sa vie est en danger sur les territoires palestiniens. 

A l'origine de cette expulsion, une note des services de renseignements français qui le désigne comme un imam radical ayant tenu des prêches de haine contre l'occident, les Etats-Unis et Israël. Il aurait aussi convaincu des jeunes d'aller combattre en Syrie. Et il est désigné par nos collègues du journal Libération comme étant l'une des sources de radicalisation de l'un des kamikazes du Bataclan. Des accusations que Mohammed al-Ashram réfute et qui n'ont pas fait l'objet d'un procès. Son assignation à résidence est une mesure administrative. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu