Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un salarié de la centrale nucléaire de Flamanville fiché pour radicalisation ?

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin

Un agent du service chimie de la centrale nucléaire de Flamanville dans la Manche serait fiché pour radicalisation, selon nos confrères du JDD. Il se serait converti à l'Islam en 2010.

Le réacteur nucléaire de la centrale de Flamanville dans la Manche
Le réacteur nucléaire de la centrale de Flamanville dans la Manche © Maxppp

Ce sont nos confrères du JDD qui font cette révélation: un ingénieur chimiste d'EDF travaillant à la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) serait fiché pour radicalisation.

Il aurait démandé une salle pour prier dans les locaux de la centrale

C'est en 2010, que cet ingénieur se serait converti à l'Islam. Il avait effectivement demandé en 2012 un espace calme où se recueillir Ce qui avait été toléré explique la  direction de la centrale de Flamanville, qui parle d'un salarié parfaitement intégré et n'a constaté aucune radicalisation de la part de son salarié. "Il n'a jamais fait de prosélytisme" constate aussi Jacques Leconte. Le responsable CGT sur le site de Flamanville explique qu'il s'agit d'un agent du service chimie, qui travaille avec de nombreuses femmes. Le syndicaliste se dit très surpris et pas du tout inquiet.

Ce qui est sûr c'est que cette personne est secrétaire-adjoint de l'association qui gère la mosquée de Cherbourg, mosquée où l'on se dit très étonné par la nouvelle. Le responsable de la communication de l'édifice religieux parle de quelqu'un qui "vit sa foi comme les autres", "si le fichage est avéré il n'est pas du tout justifié".

Contacté à plusieurs reprises par France Bleu, le salarié reste injoignable.

Une "erreur" de diffuser ce fichage

Selon la députée socialiste de la Manche Geneviève Gosselin-Fleury, c'est une erreur d'avoir diffusé l'information de ce fichage pour radicalisation. "L'objectif d'une fiche de surveillance, c'est que l'on surveille quelqu'un et la pire des choses est qu'il sache qu'il est surveillé. Rien ne dit que cette personne était prêt à basculer dans le terrorisme. 

Rien de pire que de révéler à quelqu'un qu'il est surveillé, il va déjouer cette surveillance

La députée ajoute: "cette personne était surveillée car elle travaillait dans une entreprise d'intérêt vital mais rien ne dit qu'elle était potentiellement dangereuse. Si c'était le cas, avec l'état d'urgence elle aurait pu être assignée à résidence. Visiblement, ce n'est pas ce qui a été fait".

La députée PS Geneviève Gosselin-Fleury avec Jacqueline Fardel

Choix de la station

À venir dansDanssecondess