Faits divers – Justice

Un interne en médecine marseillais suspecté de radicalisation arrêté à la frontière turque

Par Violette Artaud, France Bleu Provence et France Bleu mercredi 28 décembre 2016 à 12:30

Le jeune homme était interne en chirurgie (photo d'illustration)
Le jeune homme était interne en chirurgie (photo d'illustration) © Maxppp -

Un jeune homme de 29 ans, interne en médecine à l'hôpital de la Timone, à Marseille, a été arrêté en Turquie la veille de noël. Suspecté de radicalisation, il a été transféré à Paris où il est interrogé par le parquet anti-terroriste.

Il s'agit d'un jeune homme de 29 ans, musulman et interne en chirurgie orthopédique à l’hôpital de la Timone. Il vivait à Marseille, avec sa famille.

L'homme est suivi par les services de police depuis cet été. C'est un appel sur le fameux numéro vert (mis en place pour signaler les personnes en voie de radicalisation) et les recherches internet de l'homme qui ont alerté les enquêteurs. Il allait régulièrement sur des sites djihadistes pour visionner des vidéos d'égorgements et de décapitations.

Un profil pas si étonnant

Si ses collègues de l'hôpital ont été surpris par son arrestation, le profil de ce jeune homme n'est pas si étonnant en ce qui concerne la radicalisation.

Selon Donia Bouzar, anthropologue spécialiste de la radicalisation "Daesh est capable d'embrigader des individus aux profils très différents". L'organisation terroriste adapte son discours en fonction des personnes qu'elle souhaite enrôler.

Pour les jeunes issus des milieux défavorisés, des banlieues par exemple, Daesh va mettre en avant les valeurs de la justice et de l'égalité. Pour les personnes issues de la classe moyenne, les enfants de professeurs ou les étudiants en médecine par exemple, les recruteurs vont faire miroiter un projet humanitaire.