Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un jeune Isérois en garde-à-vue après avoir appelé à une "purge" contre des policiers

lundi 29 octobre 2018 à 17:57 Par Justine Dincher et Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu

Sur les réseaux sociaux, un jeune de 19 ans avait appelé à une "purge" contre des policiers pour Halloween. Cet étudiant grenoblois, originaire de Saint-Marcellin (Isère), s'est finalement rétracté évoquant "une blague". Il a été placé en garde-à-vue. Le ministre de l'Intérieur a porté plainte.

Un jeune de 19 ans a été placé en garde-à-vue à Grenoble après avoir appelé à une "purge" des policiers. (image d'illustration)
Un jeune de 19 ans a été placé en garde-à-vue à Grenoble après avoir appelé à une "purge" des policiers. (image d'illustration) © Maxppp - Alexandre Marchi

Grenoble, France

Un jeune homme originaire de Saint-Marcellin et étudiant à Grenoble (Isère) a été placé en garde-à-vue à l'hôtel de police de Grenoble ce lundi 29 octobre. Le week-end dernier, cet Isérois de 19 ans avait appelé à une "purge" contre des policiers, dans l'agglomération grenobloise. 

Après que son message ait été largement relayé et commenté en ligne, il a finalement fait machine arrière en disant qu'il s'agissait d'une "énorme blague". Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner a annoncé avoir porté plainte après la diffusion de ces messages.

Un appel inspiré d'un film

Dans son texte, bourré de fautes d'orthographe et diffusé sur la toile, cet étudiant isérois appelait à attaquer les forces de l'ordre dans l'agglomération grenobloise, à l'occasion d'Halloween. Il avait écrit à "tous les mecs" de Grenoble, Saint-Martin-d'Hères, Échirolles et Fontaine, leur disant de venir le 31 octobre pour "la purge". Cet appel s'inspire de la série américaine "The purge" qui raconte comment, une fois par an, les habitants d'une ville ont le droit de se livrer à toutes sortes de violences sans risquer la prison. 

Son message a été largement commenté en région parisienne notamment. Dans ces messages, il est notamment question de s'habiller en noir, d'utiliser l'arme que l'on veut, de s'en prendre aux policiers avec des mortiers, des pétards, des pierres et des feux d'artifice.

Plainte du ministre de l'Intérieur

L'étudiant grenoblois a finalement tweeté une vidéo ce lundi dans laquelle il se rétracte. Dimanche déjà, il avait publié un message pour dire que ce n'était qu'une "énorme blague", "une invention" et qu'il ne fallait pas en tenir compte. Dépassé par l'ampleur de son canular, il a lui-même pris contact avec les policiers. L'étudiant s'est rendu à la police et a été placé en garde-à-vue au commissariat de Grenoble pour provocations à la violence contre les forces de l'ordre. 

Le ministre de l'Intérieur, alerté par la police et les syndicats, a porté plainte. "Il sera poursuivi, a déclaré Christophe Castaner, appeler à la purge contre nos policiers, c'est appeler au meurtre." Sur Twitter, la police nationale a rappelé que la provocation à commettre des crimes et des délits pouvait être punie de cinq ans de prison et de 45.000 euros d'amende.