Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un jeune de Haute-Savoie condamné pour avoir menacé de "tondre les filles" de Christophe Castaner

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Ce serait la faute au climat ambiant selon son avocat : un jeune du secteur de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) a menacé de mort, par mail, la famille du ministre de l'Intérieur. Il a été condamné ce mardi.

Christophe Castaner
Christophe Castaner © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Thonon-les-Bains, France

Ce jeune veilleur de nuit de 25 ans a menacé par mail de "tondre" les filles de Christophe Castaner et "de les jeter à la Seine". Cet internaute haut-savoyard de 25 ans a été condamné, ce mardi, par le tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), à 140 heures de travail d'intérêt général et à verser 2.400 euros de dommages et intérêts au ministre et sa famille (800 euros par personne, pour le couple Castaner et leurs deux filles). L'avocat de la famille Castaner, partie civile, a précisé que la somme sera reversée à la Croix-Rouge.

Le jeune, au casier judiciaire vierge, devra effectuer du travail d'intérêt général - mesure appliquée aux primo-délinquants.

Des images qui tournent en boucle à la télé

Le jeune homme était, selon son avocat Paterne Milongo, pris "dans un élan de haine et de colère après les images qui tournent en boucle depuis le début du mouvement des gilets jaunes", notamment les violences policières. Il n'avait pas l'intention de passer à l'acte, selon son défenseur, même s'il a bien posté le 17 février dernier sous pseudonyme ces deux mails d'insultes.

Le jeune aurait dû se douter que son forfait n'allait pas rester impuni, car il a posté les messages de menace de mort sur l'adresse mail du ministère de l'Intérieur. Il a dit à la barre, devant les juges, "regretter son acte".

Choix de la station

France Bleu