Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme aspergé d'essence et gravement brûlé à Longwy : enquête pour tentative de meurtre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Le pronostic vital du jeune homme aspergé d'essence et gravement brûlé dans une bagarre samedi soir à Longwy n'est plus engagé. Le parquet a ouvert une information judiciaire et demandé que ce soit pour "violences aggravées" mais ce sera finalement pour tentative de meurtre.

Le quartier de Gouraincourt à Longwy où s'est déroulée la violente dispute de samedi soir au cours de laquelle un jeune homme a été aspergé d'essence
Le quartier de Gouraincourt à Longwy où s'est déroulée la violente dispute de samedi soir au cours de laquelle un jeune homme a été aspergé d'essence © Maxppp - PQR

Longwy, France

Après les violences de ce week-end à Longwy, 4 hommes d'une vingtaine d'années ont été mis en examen et devaient être placés en détention provisoire dans la soirée pour dégradation en réunion. Ils sont soupçonnés d'avoir incendié des voitures dans la nuit de dimanche à lundi, en réaction à la violente bagarre qui a éclaté la veille. Dans la nuit de samedi à dimanche, des membres de deux familles se sont violemment disputés et un jeune homme de 18 ans a été aspergé d'essence et très gravement brûlé. Aujourd'hui, son pronostic vital n'est plus engagé mais il est brûlé sur une grande partie du corps : le visage, les bras, les mains et le torse. Ses agresseurs sont toujours recherchés. Ce mardi, la Procureure de la République de Briey, Emily Bandel, a ouvert une information judiciaire et saisi un juge d'instruction pour « violences aggravées», ce qui a revolté l’avocat de la victime. Finalement ce mercredi, le juge d’instruction de Briey s’est dessaisi au profit du pôle criminel de Nancy pour tentative de meurtre.

Quelle est l'origine de cette violente dispute?

Ces violences sont parties d'une dispute entre deux familles qui, selon le parquet, se connaissent depuis longtemps mais ne s'apprécient pas. Elles ne sont en aucun cas liées à un trafic de drogue. Il s'agirait plutôt du refus que la fille de l'une des deux familles entretienne une relation avec un garçon de l'autre clan. Mais cette dispute banale au départ s'est transformée en violences incontrôlables et gravissimes. 

La tentative d'homicide se pose au regard de l'intention de brûler vif quelqu'un - l'avocat du jeune brûlé

L'avocat du jeune homme gravement brûlé est "révolté" que le parquet ait ouvert une information judiciaire sur la qualification non pas de tentative de meurtre, ce qui est passible d'une cour d'assises mais pour violences aggravées, ce qui relève du tribunal correctionnel. Pour la Procureure, cette décision a été prise parce que le pronostic vital du jeune homme n'est plus engagé. "La tentative d'homicide ne se pose pas par la question de savoir si la personne est en danger ou pas mais au regard de l'intention de brûler vif quelqu'un", avance, scandalisé, Me Xavier Iochum. La magistrate se réserve la possibilité de requalifier les faits en fonction de l'évolution de l'enquête, qui s'annonce sous tension.

Le commissariat de Longwy réclame plus de moyens

Le sous-préfet de Longwy a réuni ce mardi les maires de Longwy et environs pour faire le point sur ces violences qui ont suscité beaucoup d'émotion dans la commune. Le maire de Longwy a également écrit au ministère de l'intérieur pour demander des renforts de police. Il manque entre 15 et 20 fonctionnaires au commissariat de Longwy selon le syndicat Alliance Police.