Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un jeune manifestant condamné après une interpellation musclée dans un restaurant dijonnais

-
Par , France Bleu Bourgogne

Un jeune de 18 ans a été condamné à 4 mois de prison avec sursis pour avoir jeté un oeuf et des pétards sur les forces de l'ordre. Il a été interpellé samedi dans un restaurant dijonnais à la fin de la manifestation des gilets jaunes. Une vidéo de la scène fait le tour des réseaux sociaux.

Le restaurant était fermé ce lundi
Le restaurant était fermé ce lundi © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Dijon, France

Il a été interpellé samedi à la fin de la manifestation des gilets jaunes à Dijon. Ce jeune de 18 ans, originaire de Chenôve était jugé ce lundi en comparution immédiate. Il écope de quatre mois de prison avec sursis, de 140 heures de travaux d'intérêts généraux et d'une interdiction de manifester pendant un an, pour avoir jeté un oeuf et des pétards sur les forces de l'ordre et pour détention de stupéfiants. 

L'interpellation de ce jeune homme, elle fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Parce que la scène a été en partie filmée, et qu'elle a été partagée et commentée des centaines de fois depuis samedi soir. La vidéo dure un peu moins de huit minutes et elle est tournée à l'extérieur du restaurant, quand les forces de l'ordre sont à l'intérieur. Quand les policiers sont repartis, la caméra pénètre à l'intérieur. On y voit une personne qui fait un malaise au sol, des gens en colère, d'autres un peu paniqués, et la gérante de l'établissement qui semble assez choquée. 

Sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes parlent de "rafle", de "matraquage", de "violences policières" et s'interrogent sur le droit des forces de l'ordre à entrer dans un "établissement privé". Le procureur de la République Eric Mathais répond qu'un restaurant est "un lieu ouvert au public" et que de toute manière "dans le cadre d'une enquête de flagrance, _il est possible de faire toute perquisition utile, même dans un lieu fermé_." D'après lui, "ce n'est pas l'attitude de l'interpellé, qui était plutôt calme, qui a posé problème, mais celle d'autres personnes qui ont voulu empêcher violemment les policiers de sortir du restaurant. Les policiers ont donc dû faire usage de la force." 

Une enquête est ouverte pour retrouver ceux qui ont tenté d'empêcher les policiers de sortir. Aucune plainte n'a été déposée pour l'instant par les manifestants ou les gérants du restaurant.