Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un joueur de la Section paloise condamné pour outrages et rébellions

-
Par , , France Bleu Béarn Bigorre

Giovanni Habel-Kuffner, troisième ligne de la Section paloise, est condamné à deux mois de prison avec sursis et 1000 euros d'amende pour avoir insulté des policiers.

Le tribunal correctionnel de Pau
Le tribunal correctionnel de Pau © Radio France - DC

Le tribunal correctionnel de Pau a condamné ce mercredi un joueur de la Section paloise à deux mois de prison avec sursis et 1000 euros d'amende pour outrages et rébellions. Giovanni Habel-Kuffner, 24 ans, originaire des Samoa, a insulté des policiers et refusé qu'ils l'emmènent au commissariat de police. Il a reconnu les faits et a comparu dans une audience de plaider-coupable.

Une soirée trop arrosée

Tout commence par une soirée beaucoup trop arrosée, le 23 décembre dernier, au pied d'un immeuble à Billère. Le troisième ligne de la Section paloise est complètement ivre. Il veut rentrer dans cet immeuble où habite un copain, pour y dormir, car il n'est évidemment plus en état de conduire. Mais Giovanni Habel-Kuffner se trompe de bouton sur l'interphone et réveille des voisins. Il fait un esclandre et des habitants décident donc d'appeler la police

Lorsque la patrouille de police, composée d'un homme et de deux femmes, arrive, il l'insulte copieusement, en anglais et en français.  Les policiers décident donc de l'embarquer, mais le joueur résiste, ce qui complique la tâche des agents, Giovanni Habel-Kuffner restant costaud, même saoul. Ainsi, les policiers se voient dans l'obligation d'utiliser des lacrymogènes pour l'emmener au commissariat

Il reconnaît les faits

Une fois dégrisé, le troisième ligne a été charmant. Il dit n'avoir plus aucun souvenir, mais reconnait les faits et présente platement ses excuses. Ce qui explique cette discrète audience en plaider-coupable.

Le plaider-coupable, appelé aussi comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) permet au procureur de proposer directement une peine à une personne ayant reconnu les faits qui lui sont reprochés, sans procès. Si l'accusé accepte, alors une audience publique valide le jugement. Mais ces audiences sont bien plus discrètes que les procédures habituelles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess