Infos

Un juge limousin ordonne un coup de filet dans le Sud-Ouest

France Bleu Limousin et France Bleu Toulouse mardi 17 mars 2015 à 11:14 Mis à jour le mardi 17 mars 2015 à 15:50

Voiture de gendarmerie (illustration)
Voiture de gendarmerie (illustration) © Maxppp

Treize personnes ont été interpellées ce mardi matin, notamment à Toulouse, dans un coup de filet dirigé contre un réseau de cambrioleurs soupçonné de quelque 80 vols dans le quart Sud-Ouest de la France. L'enquête est dirigée par un juge d'instruction de Tulle, avec l'appui des gendarmes de Limoges.

L’opération menée ce mardi en région toulousaine a mobilisé près de 250 gendarmes : 60 enquêteurs de la région de gendarmerie du Limousin appuyés par 60 autres militaires de la région de gendarmerie de Midi-Pyrénées, sept pelotons de gendarmes mobiles, un hélicoptère EC 135 de la section aérienne de la gendarmerie de Toulouse, des experts de l'office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et d'Europol. Ils ont arrêté 13 personne, à 7 heures ce matin, dans l’agglomération toulousaine et à Montauban.

D’après la gendarmerie, "Cette opération, qui intervient après plusieurs mois d'enquête des militaires de la région de gendarmerie du Limousin, en co-saisine avec l'OCLDI, devrait permettre le démantèlement d'un groupe structuré, principalement localisé sur Toulouse et qui s'était spécialisé dans le vol d'outillage, de matériel électroportatif,de carburant et de métaux ".

D’après les enquêteurs, le groupe opérait dans un large rayon, comprenant six régions (Limousin, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Auvergne et Centre). Répartis en plusieurs équipes il menait, quatre à cinq nuits par semaine, de véritables raids nocturnes au cours desquels il commettait de multiples cambriolages, essentiellement en milieu rural. Le dossier compte quelque 80 cambriolages ou vols en tous genres.

L'enquête ouverte pour pour vols aggravés et association de malfaiteurs est conduite par un juge d'instruction de Tulle. Les 13 personnes interpellées ont été placées en garde à vue et transférées en Corrèze.

Partager sur :