Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Un lance-pierre dans le sac : quatre mois de prison ferme pour un gilet jaune à Valence

Cet habitant de Romans-sur-Isère (Drôme) avait été arrêté alors qu'il se rendait à la manifestation régionale des gilets jaunes à Valence, le 2 février dernier.

Le palais de justice de Valence
Le palais de justice de Valence © Radio France - Stéphane Milhomme

Valence, France

Le tribunal de Valence a de nouveau jugé un gilet jaune mardi après-midi : cet homme s'était fait prendre le 2 février dernier sur un barrage de gendarmerie juste avant le début de la grande manifestation régionale de Valence. Il avait sur lui un lance-pierre et dans sa voiture des boulons, un masque de ski, un masque de chantier et des pots de peinture. Il a été condamné pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de violence ou de destruction". 

Mathieu a dit être venu manifester pacifiquement, le lance-pierre était dans son sac et il n'y avait plus pensé. Son avocate a essayé d'expliquer qu'il n'était même pas arrivé jusqu'au lieu de la manifestation. Il avait été stoppé à Montélier par les gendarmes qui fouillaient toutes les voitures voulant entrer dans Valence.

Le jeune homme qui vit à Romans-sur-Isère a déjà six condamnations à son casier judiciaire et le 2 février, il avait violé une mise a l'épreuve prononcée par la justice. Le procureur avait proposé une peine de travail d'intérêt général. Le tribunal a préféré la fermeté : quatre mois de prison ferme.