Faits divers – Justice

Un magistrat peut-il tweeter pendant l'audience ?

Par Erwan Pastol, France Bleu Gascogne mardi 8 avril 2014 à 16:49

Le Conseil supérieur de la magistrature devra répondre à la question. Ce mardi 8 avril, il a entendu le vice-procureur de Mont de Marsan. Le magistrat face à une procédure disciplinaire pour quelques tweets potaches publiés en pleine audience en novembre 2012.

Stéphane Lambert tweetait sous le pseudo @Proc_Gascogne. En novembre 2012, il s'était "lâché" sur ce réseau social de message courts, conversation débridée avec un assesseur en plein procès d'assise.

"Un assesseur exaspéré qui étrangle sa présidente, ça vaut combien ?" demande son collègue. Le vice-procureur répond : "Je te renvoie l'ascenseur en cas de meurtre de la directrice du greffe" .

Et le parquetier de lancer aussi : "On a le droit de gifler un témoin ?"

Ces blagues potaches auraient pu ne pas sortir de la twittosphère juridico-médiatique. Mais le magistrat a plus de 4000 abonnés sur le réseau social. Dont un reporter du journal Sud-Ouest . Il évente la conversation, révèle aussi l'identité du magistrat. Tollé sur Twitter, le très influent Maître Eolas prend fait et cause pour le vice-procureur. Rien n'y fait, une procédure disciplinaire est lancée.

Ce mardi, le ministère de la Justice a demandé son "déplacement d'office". Le Conseil de la magistrature rendra sa décision le 29 avril prochain. L'autre magistrat impliqué comparaîtra mercredi 9 avril devant l'instance disciplinaire du CSM.

Partager sur :