Faits divers – Justice

Un maire francilien en garde à vue pour soupçon de corruption dans l'immobilier

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région et France Bleu mercredi 18 janvier 2017 à 16:37

Police
Police -

Le maire d'Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne), Jean-François Oneto, LR, a été placé mercredi en garde à vue dans une enquête sur des soupçons de corruption d'élus franciliens par des patrons du bâtiment. Il est soupçonné d'avoir perçu, en sous-main, 500.000 euros, en 2010.

Jean-François Oneto (LR) a été placé en garde à vue mercredi. Le maire d'Ozoir-la-Ferrière est dans le collimateur des enquêteurs pour des soupçons de corruption d'élus d'Ile-de-France par des patrons du bâtiment.

Jean-François Oneto, qui est aussi vice-président du conseil départemental de Seine-et-Marne, est soupçonné d'avoir reçu, de manière occulte, 500.000 euros en 2010. Il aurait investi cet argent dans l'achat d'un terrain en Corse. Les enquêteurs se posent des questions sur les faveurs que la mairie a pu accorder en échange au promoteur immobilier Antonio de Sousa. Le promoteur, patron de la société France Pierre, a investi dans cette commune.

Le patron d'un sous-traitant, lui-même mis en examen, a affirmé que 500.000 euros étaient passés des comptes de sa société vers l'étude d'un notaire. Ensuite l'argent serait reparti pour payer le terrain acheté par Jean-François Oneto en Corse, explique une source proche de l'enquête.

C'est de la diffamation : Jean-François Oneto

En juillet 2016, après les révélations de Médiapart, Jean-François Oneto s'était insurgé. "C'est complètement faux, bidon! Je n'ai aucune maison à Lumio, c'est de la diffamation", avait déclaré le maire dans la presse.

D'autres communes intéressent les enquêteurs

L'ancien maire de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), Hugues Rondeau, a aussi été placé en garde à vue mercredi. Un chef d'entreprise, proche de cet ancien élu, doit être présenté au juge d'instruction mercredi après sa garde à vue.

Ozoir-la-Ferrière et Bussy-Saint-Georges ne sont pas les seules communes visées par les enquêteurs.