Faits divers – Justice

Un maire girondin jugé coupable en appel pour avoir curé un fossé

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde mardi 17 février 2015 à 16:09

Daniel Amblevert (deuxième homme en partant de la droite) veut se pourvoir en cassation.
Daniel Amblevert (deuxième homme en partant de la droite) veut se pourvoir en cassation. © Radio France - Xavier Ridon

La cour d'appel de Bordeaux a tranché ce mardi après-midi. Le maire de Sainte-Florence, Daniel Amblevert a été jugé coupable d'avoir curé un fossé sur sa commune dans l'Entre-deux-mers. Il écope d'une amende de 1.500 euros et de 5.000 euros de dommages. Il y avait de la déception dans les couloirs du tribunal.

La cour d'appel de Bordeaux a tranché ce mardi après-midi. Le maire de Sainte-Florence, Daniel Amblevert a été jugé coupable d'avoir curé un fossé sur six kilomètres de long dans sa petite commune de 130 habitants dans le Libournais. Des travaux effectués sans autorisation administrative, pour prévenir des risques d'inondations souhaitant disait-il appliquer le principe de précaution.

1500 euros d'amende

Le tribunal a souligné "l'importance des conséquences environnementales sur la faune et la flore " mettant en cause la "volonté réitérée de M. Amblevert de ne pas respecter la loi en ne faisant pas réaliser une étude environnementale d'impact et en ne régularisant pas la situation ". Il écope d'une amende de 1500 euros et de 5000 euros de dommages et intérêts pour l'association environnementale Sepanso. Daniel Amblevert est sorti déçu du tribunal, soutenu par une dizaine de proches et le représentant du syndicat agricole FDSEA.

"Dans ce pays, mieux vaut faire le mal que le bien." — Daniel Amblevert, maire de Sainte-Florence

Le maire compte se pourvoir en cassation. "Le combat continue ", commente l'un de ses proches. Il a commencé à l'automne 2011. Une première fois, le tribunal de Libourne l'avait relaxé l'an dernier. La Sepanso, partie civile, et le Parquet avaient fait appel et 3000 euros d'amende avait alors été requis.

Ce mardi, l'avocat du maire s'est montré très amer.

"On a fourni des plans et études et on se demande si ça a été lu"  — Jean-Philippe Magret, avocat de Daniel Amblevert

Procès Ste-Florence : "On a fourni des plans et études et on se demande si ça a été lu"

Mais pour l'avocate de la Sepanso, la justice a fait correctement son travail.

"Il faut que les élus locaux ne montrent pas ces mauvais exemples"  — Isabelle Vergnaud, avocate de la Sepanso

"Il faut que les élus locaux ne montrent pas ces mauvais exemples"

A LIRE AUSSI

Malgré les poursuites judiciaires, le maire de Sainte-Florence repart au combat (11/03/2014)

Rejugé à Bordeaux pour avoir appliqué le principe de précaution (16/11/2014)

Un maire girondin risque 3.000 euros d'amende pour avoir appliqué le principe de précaution (17/11/2014)

"Dans ce pays, mieux vaut faire le mal que le bien"