Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un masseur écroué pour viol à l'Université de Nice

mardi 5 décembre 2017 à 23:33 Par Pauline Renoir, France Bleu Azur et France Bleu

Michel.B, 37 ans, le masseur du campus universitaire de Nice contre lequel une étudiante a porté plainte pour agression sexuelle et viol a été mis en examen et écroué. D'autres jeunes auraient subi une agression. Des témoignages accablent le syndicat étudiant UNEF.

image d'illustration de la faculté de médecine de Nice
image d'illustration de la faculté de médecine de Nice © Maxppp - .

Nice, France

Le masseur du campus universitaire de Nice contre lequel une étudiante a porté plainte pour agression sexuelle et viol a été mis en examen et écroué le 15 novembre a-t-on appris auprès du parquet de Nice. Une information judiciaire a été ouverte pour viol et agression sexuelle sur une étudiante de 19 ans qui réside au Crous de Jean Médecin à Nice Ouest. D'autres jeunes auraient subi une agression, une enquête est en cours.

La "séance" aura duré deux heures au lieu d'une demi heure

Le suspect, Michel.B, 37 ans, a été employé par le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) en novembre 2017 pour proposer des sessions de massages relaxants gratuits aux étudiants désireux de se détendre avant leurs examens. La session n'aura pas démarré depuis une semaine que les séances virent au drame. Une étudiante de 19 ans aurait été violée sur la table de massage pendant deux heures. "J'étais pétrifiée, paralysée, je n'arrivais même pas à crier à l'aide" confie l'étudiante. "Mon copain était juste derrière la porte, il s'inquiétait de savoir où en était la séance mais l'homme l'empêchait d'entrer." Finalement, la victime porte plainte quelques jours après son agression sur les conseils de son ami.

Selon un agent de l'université, employé à la résidence du Crous Jean Médecin, l'homme aurait demandé du scotch à l'accueil pour obstruer les caméras de vidéo surveillance de la salle où se tenait le massage avant de commettre son acte. L'agresseur présumé, Michel.B était un ancien adhérent du syndicat étudiant UNEF. Il est aussi étudiant en licence de psychologie à Nice. En parallèle il donne des cours d'arts martiaux et fait des massages en auto entrepreneur.

Nous ne pensions pas qu'il commettrait une agression

L'UNEF déplore l'agression présumée de l'étudiante "nous nous excusons d'avoir été le relais de tels agissements [...] l'UNEF transmet son total soutien à la victime" justifie le syndicat depuis ce week-end. Or, des accusations fusent sur Facebook, dénonçant la négligence supposée de l'UNEF. "Il est vrai que le comportement troublant de ce masseur nous avait déjà été signalé il y a un an" confie Paul Morançay l'ex-président du syndicat. "Mais nous ne pensions pas qu'il irait jusqu'à commettre une agression sexuelle". Lundi, Paul Morançay a donné sa démission de la présidence de l'UNEF.

Des militantes de l'UNEF avait pourtant signalé, il y a un an le comportement inapproprié du masseur."Il me faisait des remarques sur ma poitrine, sur mes fesses, il me regardait avec insistance et me mettait mal à l'aise" raconte Orlanda. "J'avais fait remonter ces remarques à la présidence de l'UNEF et je m'étais déjà fâchée avec ce masseur" ajoute Marie.

Des remarques sexuelles auprès de militantes

De son côté, le Crous exprime sa sidération. "Nous sommes profondément déçus" assure Régis Hoyer, le directeur du Crous. Le masseur, agresseur présumé avait présenté "tous les diplômes et toutes les garanties nécessaires à la confiance". Le Crous décide de supprimer les séances de massages gratuits au Crous et va se porter partie civile devant la justice.

Les séances se déroulaient dans trois cafétérias et trois résidences de Nice la semaine du 6 novembre 2017.