Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Mayennais condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir filmé des proches aux toilettes

-
Par , , France Bleu Mayenne

Un homme de 35 ans était jugé ce mardi matin à Laval pour avoir placé des caméras dans les toilettes de son lieu de travail et chez des membres de sa famille.

Le tribunal de Laval, image d'illustration.
Le tribunal de Laval, image d'illustration. © Radio France - Charlotte Coutard

Laval, France

Un Lavallois de 35 ans a été condamné ce mardi matin à six mois de prison avec sursis. En 2017, il a filmé des femmes et des hommes à leur insu à son travail dans une grande surface de l’agglomération de Laval, en plaçant des caméras dans un vestiaire et dans les toilettes du personnel. Il a aussi filmé des membres de sa belle-famille et des membres de la chorale à laquelle il appartenait. 

"Tu m'as déçu"

Sur les 18 victimes de cet homme de 35 ans, six étaient présentes à l'audience. Six femmes de générations différentes. Parmi elles : des collègues, des membres de sa belle-famille. Aucun homme et pourtant il y a notamment son beau-frère parmi les victimes d’après l’enquête. 

Ces femmes se tiennent debout, groupées à quelques mètres de celui qui les a filmé en 2017. De celui qui reconnait avoir violé leur intimité il y a deux ans, en plaçant des caméras dans un vestiaire d’une grande surface et dans des toilettes. 

"Engrenage"

Ce Lavallois devant la juge a expliqué qu’au départ il était attiré par la chanteuse de la chorale à laquelle il appartenait. "Je me suis pris au jeu et dans un engrenage" explique l'homme. Pendant plusieurs mois il a stocké ses enregistrements sur son ordinateur et sur un disque dur. Le tribunal de Laval a ordonné la destruction de tous ses fichiers. Aujourd’hui cet ouvrier agricole qui vit chez sa mère est suivi par un psychologue et dit ne pas "avoir encore trouvé les réponses à son comportement".

Peu de victimes ont pris la parole lors de l'audience. L'une d’entre elles a quand même interpellé son ancien collègue. "Tu m'as déçu, je suis triste pour ta maman qui est présente à l’audience et que je connais bien". Le Lavallois de 35 ans a terminé en exprimant ses profonds regret. 

Choix de la station

France Bleu