Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un Mayennais de 58 ans comparait devant les assises de la Mayenne pour le meurtre de sa compagne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Il est accusé de meurtre. Un Mayennais de 58 ans comparait ce mardi et ce mercredi devant la cour d'assises de la Mayenne pour la mort de sa compagne en octobre 2017 à Ernée.

Le palais de justice de Laval - image d'illustration.
Le palais de justice de Laval - image d'illustration. © Radio France - Charlotte Coutard

Ernée, France

Un Mayennais de 58 ans est jugé ce mardi et ce mercredi devant la cour d'assises de la Mayenne à Laval. Il est accusé du meurtre de sa compagne, il y a deux ans, le 24 octobre 2017, à Ernée.

Quinze plaies sur le dos et le cou

Le corps de cette femme a été retrouvé trois jours après sa mort, par les deux filles de l'accusé, le 27 octobre, au milieu de leur salon, sur le ventre face contre terre, recouvert d'une couverture. Les deux filles avaient été alertées par un collègue de travail de leur belle-mère, inquiet de ne pas la voir depuis trois jours. 

Cette femme a été frappée d'une quinzaine de coups de couteau, dans le dos et au niveau de la gorge. Lors de ses différentes auditions, l'homme n'a jamais cherché à nier les faits, c'est lui qui a tué sa compagne. Il explique qu'ils se sont disputés pour raison futile : l'endroit où leur chienne allait dormir. Ils faisaient chambres à part, leurs relations étaient compliquées depuis près de deux ans, depuis le licenciement de l'accusé en janvier 2016. Il avait, selon ses proches, sombré dans l'alcool, et s'était déjà montré violent. 

Ce soir-là, la femme le gifle, lui réplique par un coup de poing et une gifle, puis l'homme saisit un couteau sur le plan de travail dans la cuisine, avec une lame de 13 centimètres, et frappe une première fois sa compagne dans le dos. Elle s'écroule dans le salon. L'homme affirme ne pas se souvenir précisément des autres coups de couteau, quinze plaies ont été relevées sur le corps, toutes identiques, de deux à trois centimètres de long, une autre à la gorge. Trois des coups ont perforé les poumons.

L'accusé arrêté en Loire-Atlantique

Il quitte ensuite leur maison d'Ernée pour aller boire de l'alcool dans un bar de Laval. Mais en partant du bar, il accroche une voiture avec son véhicule, et placé en garde à vue puis relâché. À ce moment-là, il a 2,54 grammes d'alcool par litre de sang. Le corps de la victime est donc découvert que le 27 octobre, par les deux filles de l'accusé qui soupçonnent immédiatement leur père. Il est arrêté le lendemain matin, le 28, dans son mobile-home à Piriac-sur-Mer en Loire-Atlantique, où il s'était réfugié. Il affirme qu'il voulait se suicider avec le couteau utilisé pour tuer sa compagne. Il parle d'un "coup folie", d'un "geste stupide".

L'homme a exprimé des regrets, sa culpabilité, lors de ses auditions.

La soir de sa mort, la victime avait également bu, elle présentait un taux de 2,9 grammes d'alcool par litre de sang. Elle avait peur de son compagnon et voulait qu'il parte de chez elle. Un mois avant le meurtre, le 29 septembre 2017, les gendarmes étaient intervenus à ce logement d'Ernée, appelés par les enfants de l'accusé, car il était ivre et agressif.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu