Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un médecin décède d'une méningite à l'hôpital de Bastia

-
Par , , France Bleu RCFM, France Bleu

Inquiétude à l'Hôpital de Bastia après l'annonce du décès d'un pédiatre foudroyé par une méningite fulgurante, lundi. La présidente de la Conférence Régionale de la Santé s'inquiète des mesures prises pour les enfants de ce service.

Le cas de méningite qui secoue l'hôpital de Bastia
Le cas de méningite qui secoue l'hôpital de Bastia © Maxppp - François Varamo

Corse, France

L'inquiétude est manifeste depuis le début de la semaine à l'hôpital de Bastia après le décès d'un pédiatre, mort lundi d'une méningite  fulgurante. Un décès survenu lundi mais confirmé seulement mardi par l'Agence Régionale de la Santé (ARS) qui évoque "une infection invasive à méningocoque". Ce médecin spécialiste âgé de 44 ans venait de la région parisienne pour un remplacement à l'hôpital de Bastia. Selon le Directeur de l'établissement Pascal Forcioli, il a pu contracter le virus dans son milieu professionnel bien avant son arrivée à Bastia durant ses divers remplacements, voire à l'étranger, où il effectuait souvent des missions humanitaires comme récemment en Afrique.

La direction de l'hôpital se veut rassurante dans la mesure où, dit-elle, cette maladie se transmet par la salive et selon elle le risque est peu élevé dans une relation qu'a un médecin avec son patient.

Pascal Forcioli, Directeur de l'Hôpital

L'Agence Régionale de Santé assure que des mesures ont été prises pour les personnes entrées en contact avec ce médecin, notamment les personnels. "Tous les personnels, les patients et leurs entourages qui ont été en contact proche avec ce praticien ont été identifiés et contactés individuellement pour leur recommander de prendre le traitement prophylactique adapté", précise dans un communiqué l'ARS.    Josette Risterucci, la présidente de la conférence régionale de la santé, accuse cependant l'ARS d'avoir laissée sortir des enfants sans prévenir immédiatement les familles, ni prescrire tout de suite un traitement. Elle aurait souhaité les mêmes mesures de prise en charge que celles décidées pour les personnels. Josette Risterucci qualifie cette attitude de "totalement inadmissible dans la chaîne de décision", d'autant précise t-elle que "certaines familles se trouvent loin de Bastia, ce qui est gravissime". Celle-ci a annoncé son intention de porter plainte ! 

"C'est gravissime" - Josette Risterucci-

Face à ces accusations, la direction de l'hôpital se veut rassurante. Elle rappelle que les pédiatres qui ont fait la sortie des enfants n'ont pas estimé utile de les garder à l'hôpital précisant que "la prescription de l'antibiothérapie prophylactique est faite en ville par le médecin traitant". Quant au méningocoque B à l'origine de l’événement, "c'est un germe extrêmement fragile qui ne survit pas dans l'environnement" précise l'Hôpital. Autre précision apportée par celle-ci : "il n'y a pas eu sur une durée longue d'actes de soins où ce docteur soit resté au moins une heure avec un patient". 

"Aucun risque n'a été pris" - Pascal Forcioli - Dr de l'Hôpital de Bastia

La direction de l'hôpital de Bastia rappelle que les signes cliniques liés à ce symptôme sont des vomissements, diarrhées et de la fatigue. Si ces signes interviennent, il faut prévenir immédiatement son médecin où se rendre aux urgences. Le traitement peut être pris dans les 10 jours.

Choix de la station

France Bleu