Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un médecin du CHU de Bordeaux mis en examen après une quadruple amputation

mercredi 12 août 2015 à 16:23 Par Clément Carpentier, France Bleu Gironde

Un gynécologue-obstétricien est accusé de blessures volontaires à Bordeaux. Il a été mis en examen, a annoncé son avocat ce mercredi. En 2011, une de ses patientes a dû être amputée de ses quatre membres suite une infection nosocomiale.

Le médecin du CHU de Bordeaux conteste les faits
Le médecin du CHU de Bordeaux conteste les faits © MaxPPP

Un médecin du CHU de Bordeaux est mis en examen pour blessures involontaires. Le parquet se penche sur le cas d'un gynécologue obstétricien, après une quadrule amputation. Les faits remontent à l'été 2011.

Une patiente de la maternité avait contracté une infection nosocomiale au CHU ou dans un autre établissement lors d'une intervention volontaire de grossesse. Au final, elle a dû être amputée de ses quatre membres et aujourd'hui il est reproché au médecin de ne pas avoir prescrit à temps un traitement pour éviter ces amputations.

48h d'attente avant les premiers soins

C'est en tout cas l'avis de l'expert après quatre ans d'enquête. Une enquête longue et complexe car le dossier est extrêmement sensible. En 2011, une femme en vacances au Cap Ferret se présente au CHU de Bordeaux. Elle vient subir tout simplement une interruption volontaire de grossesse. Selon nos informations, elle a contractée une infection nosocomiale lors de cette opération ou quelques jours plus tôt.

"Il n'y a pas de risque zéro avec les infections, mais là c'est un cas exceptionnel"

Problème : le soir de l'opération, un vendredi, la patiente qui ne présente aucun symptôme, est renvoyée chez elle. Le lendemain, fièvreuse, elle appelle le CHU qui lui conseille de prendre du paracétamol. Mais rien n'y fait !Dès le dimanche, elle est de retour au CHU, là elle attend plusieurs heures sur un brancard dans les couloirs et c'est finalement près de deux jours après le début de l'infection qu'elle commence à être soignée. 

Demande de contre-expertise

Un retard de diagnostic important pour l'expert qui parle même d'une faute professionnelle à l'origine de ces amputations. Aujourd'hui, le médecin du CHU conteste les faits. Ses avocats ont demandé au juge d'instruction une contre expertise.

Un médecin du CHU de Bordeaux mis en examen pour blessures volontaires