Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un médecin bientôt jugé pour des sur-irradiations à l'ex-clinique des Murlins à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Augustin Roquette est soupçonné d'avoir pratiqué des séances de radiothérapie injustifiées sur au moins 13 patients en 2008 et 2009 à l'ex-clinique des Murlins à Orléans. L'un des patients en est décédé. Le médecin, qui conteste les faits, sera jugé en mai prochain par le tribunal correctionnel.

La justice reproche au Dr Augustin Roquette d'avoir pratiqué des séances de radiothérapie injustifiées pour au moins 13 patients
La justice reproche au Dr Augustin Roquette d'avoir pratiqué des séances de radiothérapie injustifiées pour au moins 13 patients © Maxppp - Nicolas Vallauri

Orléans, France

Des patients ont-ils été exposés à des sur-irradiations en 2008 et en 2009 à la clinique des Murlins à Orléans ? C'est la question à laquelle devra répondre la justice, 10 ans après les faits, et 5 ans après la fermeture de la clinique (dont les services et le personnel ont été intégrés au pôle santé Oréliance à Saran).

Au centre de cette affaire, le docteur Augustin Roquette, qui exerce aujourd'hui à Moulins, dans l'Allier : il est soupçonné d'avoir pratiqué des séances de radiothérapie injustifiées. Des séances à la fois trop nombreuses et effectuées sur une zone trop importante, avec parfois des conséquences dramatiques, puisque l'un des ses patients est décédé. Le médecin est ainsi poursuivi pour homicide involontaire, mais aussi pour blessures involontaires et mise en danger d'autrui. Cela concerne au total 13 dossiers de patients, soignés pour un cancer de la prostate.

32 séances au lieu de 8 : les intestins brûlés

Le cas le plus emblématique est celui de Serge Crépin. Ancien ouvrier du site Michelin de la Chapelle St Mesmin (qui a fermé en 2007), il a subi 32 séances de radiothérapie à l'été 2008. Compte tenu de son âge - 74 ans à l'époque - et de ses précédents - il avait été soigné pour un cancer du colon en 2000 - les experts estiment que seulement 8 séances auraient été nécessaires. Qui plus est, la zone de traitement ne s'est pas limitée à la prostate mais à l'ensemble du pelvis. Résultat : Serge Crépin a eu les intestins brûlés, il en est mort en décembre 2013. Il pesait alors 40 kilos pour 1m85.

"Pourquoi le Dr Roquette lui a-t-il fait des rayons ailleurs qu'à la prostate, et avec autant de séances ?" s'interroge aujourd'hui sa veuve, Jeannik Crépin, au micro de France Bleu Orléans. "Je n'arrive pas à comprendre. Est-ce que c'est pour des raisons financières, parce qu'il a bien dû être payé pour ces séances ? En tout cas, ce sont bien ces rayons-là qui ont fait à mon mari des abcès partout sur le ventre, c'était atroce... Je peux vous dire que c'était l'horreur, je faisais les pansements, je retenais mes larmes et je ne baissais jamais les bras, mais c'était atroce de le voir souffrir comme ça."

Jeannik Crépin, que défend Me Gaëlle Duplantier, réclame aujourd'hui justice : "Ce médecin-là mérite d'être condamné", estime-t-elle, "car ce qu'il a fait est lamentable. Il m'a pris mon mari, on avait 53 ans de mariage, et il y a d'autres victimes ! Il doit quand même être responsable de ses actes." Âgée aujourd'hui de 81 ans, elle espère une issue judiciaire rapide.

Le médecin défendu par un ténor du barreau parisien

Pour sa part, au cours de l'instruction, le Dr Augustin Roquette a toujours contesté les faits. Il explique notamment que les connaissances en matière de radiothérapie ont considérablement évolué et qu'à l'époque les recommandations sur les doses et les champs d'irradiation n'étaient pas aussi précises qu'actuellement pour un cancer de la prostate. Il prétend même avoir "toujours joué la prudence avec ses patients".

Le procès du Dr Roquette était prévu ce 3 décembre devant le tribunal correctionnel d'Orléans, mais il a été renvoyé au 12 mai 2020 à la demande de l'avocat de la défense, Me Patrick Maisonneuve, qui n'était pas présent lors de l'audience. Le ténor du barreau parisien et habitué des procès médiatiques n'a pas répondu aux sollicitations de France Bleu Orléans dans ce dossier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu