Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un médiateur Linky agressé dans le Puy-de-Dôme

mardi 3 juillet 2018 à 17:54 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Il était censé faire de la pédagogie auprès des habitants. Enedis explique que ce jeune homme de 21 ans a été menacé et frappé vendredi dernier à Saint-Denis-Combarnazat.

Un compteur Linky
Un compteur Linky © Maxppp - Sébastien Jarry

Puy-de-Dôme, France

Ce jeune homme ne venait pas pour poser un compteur mais pour expliquer à quoi il va servir. D'après ce qu'explique Enedis, il s'est rendu dans une maison où il n'y a pas de sonnette. Il ouvre donc le portail mais il a tout juste le temps de faire deux mètres avant d'être interpellé par un homme d'une soixantaine d'années qui menace d'aller chercher son fusil. Le médiateur tente de discuter mais finalement décide de rebrousser chemin. 

Selon son témoignage, c'est à ce moment là que l'agression aurait commencé. Il aurait d'abord reçu une gifle, aurait eu sa chemise déchirée avant de voir arriver un second homme. A deux, ils auraient donné une quinzaine de coups de pieds et de coups de poings au jeune homme qui était à terre. Son matériel professionnel a également été détruit. 

Un sous-traitant d'Enedis

Le médiateur a pu s'en aller mais souffre de contusions au genou, au coude, aux jambes et à une épaule. Il s'est vu prescrire deux jours d'Interruption Temporaire de Travail. Il a pu regagner son domicile et il se trouve actuellement en arrêt maladie. Ce n'est pas un agent d'Enedis mais le salarié d'un prestataire (Painhas) qui travaille pour Enedis dans le cadre du déploiement des compteurs Linky.

Enedis a porté plainte et condamne "un acte de violence inacceptable". Pour Pierre-François Mangeon, le directeur Territorial pour le Puy-de-Dôme, il s'agit malheureusement de la conséquence de la campagne anti-Linky qui est menée sur les réseaux sociaux. Il craint même d'autres dérapages, qui pourraient être encore plus graves.

L'enquête a été confiée à la gendarmerie.