Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un meurtrier présumé libéré par erreur à Lyon

mardi 3 avril 2018 à 22:19 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Un homme de 28 ans mis en examen pour meurtre a été remis en liberté, par erreur, mardi à Lyon car la date sur la convocation destinée à prolonger sa détention provisoire était erronée.

Un meurtrier présumé libéré pour une erreur de date à Lyon.
Un meurtrier présumé libéré pour une erreur de date à Lyon. © Maxppp - PHILIPPE JUSTE

Lyon, France

Une erreur de date sur la convocation destinée à prolonger sa détention provisoire. Pour cette raison, un homme de 28 ans mis en examen pour meurtre a été remis en liberté mardi à Lyon. 

Une erreur de date

Détenu depuis le 3 octobre 2016, il est accusé d'avoir mortellement blessé d'un coup de couteau un homme de 24 ans lors d'une rixe entre deux groupes de jeunes à la sortie d'une discothèque à Lyon, le 1er octobre 2016.

Quand un suspect est incarcéré, sa détention fait l'objet d'un renouvellement au bout de la première année, puis tous les six mois. Cet homme devait donc être convoqué avant le mardi 3 avril.  Or, le juge des libertés et de la détention a fixé la date, hors des délais, le 12 avril.

Libre jusqu'à son procès

Libéré, il va rester dehors jusqu'à son procès dont les dates ne sont pas encore fixées selon son avocat, l'instruction étant sur le point de se terminer.

D'après une source judiciaire jointe par l'AFP, les autorités judiciaires ne disposent pas "d'outils informatiques qui permettent d'éviter les conséquences d'une erreur humaine" et les dispositifs d'alerte sont toujours manuels et papier. "C'est regrettable qu'aujourd'hui on ne dispose pas d'application informatique qui permette d'avoir des alertes automatisées", d'autant que le logiciel Cassiopée (qui informatise l'ensemble de la chaîne judiciaire) contient toutes les données a-t-elle précisé.