Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un meurtrier à l'enfance difficile, qui exprime "des regrets" devant la cour d'assises de la Mayenne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Mayenne

La cour d'assises de la Mayenne a étudié ce mardi matin la personnalité d'un Mayennais de 58 ans, jugé pour le meurtre de sa compagne en octobre 2017 à Ernée.

Palais de justice de Laval.
Palais de justice de Laval. © Radio France - Charlotte Coutard

Ernée, France

Un Mayennais comparait pour meurtre depuis ce mardi matin devant la cour d'assises de la Mayenne. Cet homme de 58 ans est accusé d'avoir tué sa compagne à Ernée le 24 octobre 2017 de quinze coups de couteau.

Le président de la cour a d'abord lu le rappel des faits, une épreuve difficile pour les proches de la victime, beaucoup en pleurs. Puis trois experts ont été entendus, une psychiatre, une psychologue et une enquêtrice de personnalité. Il a été question de la personnalité de l'accusé.

Un homme dépressif, suicidaire et alcoolique

L'accusé est le deuxième d'une fratrie de sept enfants. C'est un homme dépressif, suicidaire et alcoolique, un homme dont le père était lui-même alcoolique, un père violent, colérique, qui bat sa mère. Enfant, il est le souffre douleur, le bouc émissaire de son père, il reçoit des coups de pieds et des coups de poing quand il tente de s'interposer pour protéger sa mère.

L'accusé boit beaucoup depuis ses 16 ans, mais son alcoolisme s'est aggravé depuis son licenciement début 2016 et il a connu une descente aux enfers, il a dit-il "plongé dans la bouteille". 

Quand il boit, il est violent, il a connu quatre femmes dans sa vie, et à chaque fois il y a eu des violences verbales ou physiques. Il a même tenté d'étrangler la mère de ses trois plus jeunes enfants, ainsi que sa première compagne, la mère de son premier fils, elle aussi victime d'une tentative d’étranglement.

Plusieurs tentatives de suicide

L'homme a fait plusieurs tentatives de suicide, la plus sérieuse en 2000, il est désormais handicapé de la main gauche. Il est dépressif, et dresse lui-même un bilan très négatif de sa vie.

Le soir du meurtre, il avait bu, comme tous les jours. Selon les experts, l'accusé a exprimé des regrets sincères, il est abattu, effondré, accablé par la situation, il reconnait les faits. Il explique que sa compagne l'avait dévalorisé, mais il affirme ne pas se souvenir précisément des coups de couteau, peut-être à cause de l'alcool, peut-être un mécanisme de refoulement.

"Si seulement je pouvais revenir en arrière, elle ne méritait pas ça. Je ne pourrai jamais réparer ça" a déclaré l'accusé devant la psychiatre. Pour son avocat, l'alcoolisme est vrai le cœur du problème, "sans, il y a moins de risque de récidive", déclare la psychiatre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu