Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un militaire de Belfort, déjà sanctionné pour néonazisme, en garde à vue après la découverte d’armes

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Un important arsenal, des munitions et des “objets avec des croix gammées” ont été découverts samedi 20 novembre dans l’Eure. Deux hommes ont été mis en garde à vue, dont un caporal au 35e Régiment d’Infanterie de Belfort, déjà sanctionné pour son appartenance à la mouvance néonazie.

Le caporal a déjà été sanctionné pour avoir ouvertement affiché son néonazisme (photo d'illustration).
Le caporal a déjà été sanctionné pour avoir ouvertement affiché son néonazisme (photo d'illustration). © Maxppp - Bertrand Béchard

C’est un contrôle douanier qui a permis la découverte de cette cache. Selon Le Monde, qui a révélé l'information, deux hommes ont refusé un contrôle douanier dans le département de l’Eure. Ils ont percuté la voiture des douaniers, avant d’être rattrapés. À bord, les forces de l’ordre ont retrouvé des armes. La perquisition qui s’en est suivie a été encore plus édifiante selon la procureure d'Evreux, citée par l'AFP : "Il y avait un arsenal, beaucoup de munitions et des objets avec des croix gammées.

130 armes et des objets néonazis

Le tout a été découvert dans une cache dans un hangar appartenant au grand-père de l’un des deux interpellés d'après France Bleu Normandie. Les douaniers ont retrouvé 130 armes, dont des fusils d’assaut, des pistolets-mitrailleurs, des grenades… Certaines des armes étaient détenues légalement. 

Des éléments de propagande liés au mouvement néonazi ont également été découverts : des affiches, des écussons, des livres, des fanzines... 

Les services de renseignements suivaient les deux individus pour leur appartenance à la mouvance d’extrême-droite. Aucun projet d’attentat n’a été découvert. 

Une enquête en flagrance a été ouverte, menée par la Direction régionale de la police judiciaire de Rouen. Les deux hommes étaient toujours en garde à vue ce mardi après-midi. Ils pourraient être poursuivis pour infraction à la législation sur la détention d'armes.

Le militaire déjà sanctionné pour avoir ouvertement affiché son néonazisme

Au printemps 2021, Mediapart avait révélé la présence au 35e RI de Belfort d’un militaire ouvertement néonazi. 

Selon les informations de France Bleu Belfort-Montbéliard, il s’agit du même homme. Il avait été l'objet de "lourdes sanctions disciplinaires", avec notamment des jours d’arrêts, et une mise à l’écart de toute responsabilité d’encadrement.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess