Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un militaire de Thionville espionnait ses collègues femmes sous la douche

mardi 19 août 2014 à 9:20 France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu Lorraine Nord

Un caporal de 29 ans du 40e régiment de transmission de Thionville a été mis en examen. Deux femmes militaires ont porté plainte. Les faits remontent au 9 août en région Champagne-Ardenne. Le jeune voyeur passait son téléphone portable sous la porte des douches. Il a été pris en flagrant délit.

Militaire français dans la Marne. Photo d'illustration.
Militaire français dans la Marne. Photo d'illustration. © MAXPPP

Il y a six mois, le ministre de la Défense parlait de tolérance zéro face au sexisme dans l'armée , après la publication d'un livre de témoignages chocs. Aujourd'hui, l'armée prend au sérieux une affaire qui implique un militaire du 40e régiment de transmission de Thionville. La semaine dernière, ce caporal de 29 ans a été mis en examen pour avoir, en cachette, espionné sous la douche deux de ses collègues femmes. L'une d'elle vient du même régiment, l'autre est issue du 40e régiment d'artillerie de Suippes, dans la Marne.

Les faits remontent au 9 août. Ils se sont produits en région Champagne-Ardenne, au camp de Mailly, entre la Marne et l'Aube, au moment où plusieurs unités étaient en manoeuvre. Le voyeur a été pris en flagrant délit.

Le caporal encourt jusqu'à 10 ans de prison

Le jeune caporal avait une technique toute simple : il passait son téléphone portable sous la porte de la douche. La première fois, sa collègue aperçoit l'écran du portable mais le voyeur est déjà loin quand elle ouvre la porte. C'est sa 2e tentative, le soir même, qui lui est fatale. Mise en alerte, la 2e victime, une sergent-chef, sort suffisament vite de la douche pour piéger le voyeur. Il n'a pas le temps de fuir et se cache dans une autre cabine mais il est tout de suite découvert. Placé en garde à vue, et mis en examen, le jeune militaire reconnait les faits. On ne sait pas encore s'il a pris des photos ou des films, s'il a oui ou non diffusé ces images et s'il en était ou pas à son coup d'essai. Le parquet de reims a ouvert une information judiciaire. Après avoir porté plainte, les deux femmes en tout cas ont le soutien de leur hiérarchie. Depuis la publication d'un livre de témoignages choc, l'armée assure être vigilante. tolérance zéro pour les actes sexistes. Le caporal de son côté, a été consigné dans ses quartiers, à Thionville, en attendant une procédure disciplinaire et un procès.

Une information judiciaire a été ouverte, une quadruple mise en examen prononcée. Le premier délit relève du droit commun: «atteinte à la vie privée par fixation d’images». Les trois autres sont spécifiques à la justice militaire: «violation de consignes» pour s’être introduit dans les douches hors des horaires autorisés pour les hommes; «violences sur un subordonné» (la première victime a le grade de première classe); «voie de fait sur un supérieur» (la seconde est maréchal des logis) : il encourt jusqu'à 10 ans de prison.

Par :