Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un militaire issu du RICM de Poitiers se donne la mort en marge des cérémonies du 14-Juillet à Saumur

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Un caporal-chef réserviste s'est suicidé à la mi-journée ce dimanche avec son arme de service à Saumur dans le Maine-et-Loire. Selon une source proche de l'enquête, un problème familial aurait déclenché le geste du sous-officier.

Le RICM de Poitiers en deuil ce dimanche.
Le RICM de Poitiers en deuil ce dimanche. - Capture d'écran (Google Street View)

Poitiers, France

Un militaire s'est donné la mort dimanche avec son arme de service dans l'enceinte des Ecoles militaires de Saumur (EMS) en marge des cérémonies du 14-Juillet. Le drame s'est produit "à la fin de la cérémonie" vers midi selon la compagnie de gendarmerie de Saumur, confirmant "le suicide d'un militaire".

En mission à Saumur mais rattaché au RICM

Âgé de 39 ans, cet homme s'est suicidé avec son arme de service dans l'enceinte de l'école. Découvert inconscient, il est décédé peu après l'arrivée des secours qui ont tenté de le réanimer, sans succès. Issu du régiment d'infanterie des chars de marine de Poitiers, il était "en mission" aux Ecoles militaires dans le cadre du réseau Sentinelles, mais n'appartenait pas aux EMS, soulignent les gendarmes. 

Selon un enquêteur, le sous-officier aurait prévenu des proches par SMS qu'il allait mettre fin à ses jours à la suite de problèmes d'ordre privé. Plusieurs militaires qui se trouvaient près de lui auraient tenté de le dissuader, en vain, de commettre l'irréparable.

La brigade de recherches de la gendarmerie de Saumur est chargée de l'enquête, sous l'autorité du procureur de la République d'Angers.