Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un militaire mis en examen pour meurtre après la mort d'un homme poignardé à Châlons-en-Champagne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Un militaire de 36 ans a été mis en examen pour meurtre après le décès d'un homme poignardé à mort lundi à Châlons-en-Champagne. Le parquet avance l'hypothèse d'un meurtre avec préméditation, mais le mis en cause nie avoir porté les coups de couteau volontairement.

Illustration police
Illustration police © Radio France - Richard Vivion

Un militaire marnais de 36 ans a été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire ce vendredi 17 décembre après la mort d'un homme poignardé en pleine rue lundi 14 décembre à Châlons-en-Champagne.  Il est accusé d'avoir porté trois coups de couteau à la victime, un homme de 33 ans, après une altercation rue Emile Schmit peu avant 23 h. C'est à la suite d'un après-midi et d'une soirée bien arrosés que la bagarre aurait éclaté lundi soir, précise le parquet de Reims. 

L'hypothèse de la préméditation avancée par le parquet de Reims

Le mis en cause l'aurait poignardé avant de s'enfuir en voiture : l'autopsie de la victime a révélé trois plaies, dont une mortelle. Placé en garde à vue mardi, le militaire âgé de 36 ans reconnaît l'altercation et avoir sorti un couteau pour intimider sa victime, mais il nie l'avoir poignardé volontairement : les lésions seraient selon lui accidentelles, lors d'un corps à corps entre les deux hommes. 

Or les premiers résultats de l'enquête laissent penser qu'il y a eu préméditation selon le parquet de Reims. "Un SMS envoyé une heure avant les faits par le mis en cause à une tierce personne, mentionnant en parlant de la victime, qu'il allait "le crever"'", précise le parquet dans un communiqué. C'est finalement la qualification de meurtre qui a été retenue par le juge d'instruction.

Le militaire jamais condamné pour des faits de violences

Le militaire de Mourmelon, qui habite Châlons-en-Champagne, n'a jamais été poursuivi pour des faits de violences, mais il a quatre condamnations au casier judiciaire pour des délits routiers, usage de stupéfiants mais aussi transport d'armes illicite. L'instruction devra déterminer les conditions exactes de son passage à l'acte, si les blessures sont accidentelles ou s'il y a donc eu volonté de donner la mort. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess