Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un militant écolo entendu par les gendarmes pour la réquisition de chaises à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Jacques Torreilles, un militant écologiste qui avait participé à la réquisition de chaises en novembre dernier dans une banque de Perpignan pendant la COP21 a été convoqué par les gendarmes ce jeudi matin.

Le faucheur de chaise soutenu par les militants altermondialistes
Le faucheur de chaise soutenu par les militants altermondialistes

Saint-Laurent-de-la-Salanque, France

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées jeudi matin à Saint-Laurent de la Salanque (Pyrénées-Orientales) pour soutenir un militant écologiste, convoqué par les gendarmes. 

Jacques Torreilles était entendu après une "action citoyenne" en novembre dernier à Perpignan. Douze chaises avaient été réquisitionnées par des militants écologistes dans une agence BNP Paribas quartier du Moulin-à-Vent pour sensibiliser l'opinion publique sur le sommet de la COP21, une mascarade selon eux.

Jacques Torreilles, 60 ans, se dit militant altermondialiste, écolo gauchiste, libertaire. C'est son fourgon qui a permis de récupérer les chaises perpignanaises et de les emmener à Paris. Le directeur de la banque a relevé l'immatriculation. 

"C'était une action légitime, citoyenne."

Le militant a refusé de s'expliquer : "Je n'ai rien déclaré, j'ai juste décliné mon identité. J'ai accepté qu'on prenne mes empreintes mais pas mon ADN. Je dénonce cette criminalisation du militantisme. C'était une action légitime, citoyenne. J'espère que je serai convoqué devant le tribunal, car il y a des jurisprudences avec les faucheurs d'OGM, parfois des décisions de justice ont montré que c'était eux qui avaient raison."

Jacques Torreilles

Choix de la station

France Bleu