Faits divers – Justice

Un millier de panneaux photovoltaïques volés saisis dans le port de Sète

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault et France Bleu mercredi 24 août 2016 à 19:02

Le procureur Barret et le directeur adjoint de la PAF 34
Le procureur Barret et le directeur adjoint de la PAF 34 © Radio France - Marie Ciavatti

Un convoi de cinq camionnettes a été intercepté dimanche 21 août dans le port de Sète, avec à bord 1.000 panneaux solaires dérobés en Italie, mettant un coup d'arrêt à un trafic international organisé entre l'Italie et le Maroc.

Les douanes et la police aux frontières ont interpellé dimanche soir cinq hommes dans le port de Sète, alors qu'ils s'apprêtaient à embarquer avec leurs camionnettes à bord d'un ferry à destination du Maroc. Chacun des cinq véhicules transportait 200 panneaux photovoltaïques volés. Mille pièces en tout, d'une valeur de 500.000 euros, destinées à la revente sur le marché marocain.

La saisie ne doit rien au hasard. La veille, la police française avait été informée par les Italiens d'un vol de panneaux dans la région de Trévise et du probable départ de la marchandise vers le Maroc.

"Nous avons une information donnée par une entreprise qui s'est fait voler ses panneaux solaires, explique Philippe Millet directeur adjoint de la PAF de l'Hérault. Nous savions qu'ils pouvaient embarquer pour le Maroc. Le port de Sète est le seul port français qui a des liaisons avec le Maroc. Nous avons mis en place un dispositif renforcé pour intercepter ces passeurs."

Philippe Millet, directeur adjoint de la Police aux Frontières de l'Hérault

Les cinq hommes sont des Marocains domiciliés à Naples, des passeurs payés entre 700 et  1.200 euros le voyage. Ils ont été  mis en examen mardi pour recel en bande organisée, libérés et placés sous contrôle judiciaire.

Un véritable "trafic organisé"

"C'est une affaire qui sort de l'ordinaire" explique le procureur de la République de Montpellier Christophe Barret. "Il s'agit d'un véritable trafic organisé", sans doute depuis la région de Calabre en Italie. "Le convoi était organisé en Italie et transporté illégalement vers le Maroc. Comme souvent, les transporteurs sont des gens recrutés uniquement pour le transport. Nous, notre travail ,c'est de remonter à la tête des réseaux.

"Il y a deux ans, nous avions déjà intercepté (dans le port de Sète). Quinze véhicules qui transportaient plus de 2.600 panneaux solaires. Ces réseaux-là aujourd'hui s'illustrent dans l'organisation d'un trafic de panneaux solaires. Vous vous doutez bien qu'ils trafiquent autre chose, y compris des stupéfiants. Ce sont des gens qui acquièrent une puissance criminelle contre laquelle évidemment il faut lutter."

Le procureur de Montpellier Christophe Barret, "un véritable trafic organisé"