Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Un mois après l'attentat de Strasbourg, les enquêteurs à la recherche d'éventuels complices

vendredi 11 janvier 2019 à 4:06 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

L'auteur présumé de l'attentat de Strasbourg a été tué, mais l'enquête confiée à un juge d'instruction par le parquet anti-terroriste de Paris, se poursuit pour déterminer les complicités dont aurait pu bénéficier Cherif Chekatt.

Cherif Chekatt a été abattu dans le quartier de Neudorf à Strasbourg le 13 décembre 2018.
Cherif Chekatt a été abattu dans le quartier de Neudorf à Strasbourg le 13 décembre 2018. © AFP - Alain Jocard

Strasbourg, France

Le 13 décembre 2018, Cherif Chekatt, 29 ans, fiché S pour radicalisation islamiste, est tué par la police, 48 heures après son attaque dans le centre ville de Strasbourg. L'attentat, revendiqué par l'organisation terroriste Etat islamique a fait 5 morts et 11 blessés. 

Un mois après la mort de l'auteur présumé de l'attaque, un juge d'instruction anti-terroriste a été nommé par le procureur de la République de Paris. Si l'enquête se poursuit alors que le principal suspect a été abattu, c'est pour déterminer si Cherif Chekatt a pu bénéficier de complicités

Un ami du tueur présumé mis en examen et écroué

Au total, sept personnes ont été placées en garde à vue dans ce dossier, dont les parents et plusieurs frères de l'assaillant. Tous ont été relâchés, à l'exception d'un homme de 37 ans, un ami de Cherif Chekatt qui a été mis en examen et écroué. Cet homme, bien connu de la justice pour des braquages et des violences avec armes est soupçonné par les enquêteurs d'avoir fourni le revolver avec lequel Cherif Chekatt a ouvert le feu dans les rues du centre-ville de Strasbourg le 11 décembre, un colt de collection du XIXe siècle. 

Ce suspect, qui n'est pas radicalisé est une figure de la scène rap locale. Il aurait aussi hébergé l'assaillant dans son appartement de Lingolsheim la veille de l'attaque, les deux hommes auraient passé une partie de l'après-midi ensemble le jour de l'attentat.