Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un montilien mis en examen pour coups mortels après une bagarre de rue

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Un homme de 46 ans a été mis en examen après une bagarre dans les rues de Montélimar dans la nuit de mardi à mercredi. La victime avait été retrouvée morte.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Montélimar, France

Un montilien a donc été mis en examen jeudi soir pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le procureur de la République de Valence a ouvert une information judiciaire après une bagarre dans les rues du centre ancien dans la nuit de lundi à mardi.  Les faits se sont déroulés rue des Quatre Alliances à Montélimar. 

Une bagarre sur fond d'alcool

En garde à vue, l'agresseur présumé a reconnu les faits. Il a expliqué que la victime avait mis un coup de pied à son chien et qu'il ne l'avait pas supporté. Les deux hommes étaient tous les deux connus des services de police. Ils étaient alcoolisés. Un taux de 0,57 gramme d'alcool par litre de sang au moment des faits pour l'agresseur présumé selon le procureur de la République de Valence. 

L'autopsie confirme la version des coups mortels

L'autopsie qui a eu lieu jeudi matin a confirmé la version de l'homme mis en examen. Ce sont bien des coups portés à la tête qui sont à l'origine du décès de la victime âgée de 44 ans. L'enquête est entre les mains d'un juge d'instruction. L'agresseur présumé est passible de la cour d'Assises.