Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : un Montilien qui était samedi sur l'Arc de Triomphe condamné à six mois de prison à Paris

mercredi 5 décembre 2018 à 3:12 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Cet ouvrier agricole de 30 ans faisait partie des personnes jugées au palais de justice de Paris ce mardi après-midi suite aux échauffourées et aux dégradations commises à Paris lors du rassemblement des gilets jaunes le 1er décembre.

La manifestation du 1er décembre dernier a dégénéré à Paris
La manifestation du 1er décembre dernier a dégénéré à Paris © Maxppp - Léon Tanguy

Montélimar, France

Il s'appelle Tristan. Comme 24 autres personnes, il était jugé ce mardi en comparution immédiate au palais de justice de Paris pour les violences commises à Paris. Lui a donné des coups de poing à un policier qui a été légèrement blessé. Ensuite, il s'est enfui. Et c'est au sommet de l'Arc de Triomphe qu'il a été interpellé samedi en fin de journée.

Il dit regretter les coups portés à un policier

A l'audience, il explique qu'il est monté dans le monument après le saccage. Juste pour mieux respirer. En bas, il y avait les lacrymogènes. Pour prendre une photo aussi. Et un peu pour échapper aux CRS. Venu en covoiturage de Montélimar, il dit regretter sa violence. Frapper ce policier, c'était "comme du judo".

Pas de casier judiciaire

Le trentenaire est ouvrier agricole chez deux patrons, un éleveur et un arboriculteur. Il perçoit au total 1200 euros par mois. Il n'a pas de casier judiciaire, reconnait qu'il consomme du cannabis. Son père est là, monté à Paris pour assister au procès. Tous les deux sont repartis ensemble. Car si le Drômois écope de 6 mois de prison dont 3 avec sursis, aucun mandat de dépôt n a été prononcé. Cela signifie qu'il n'a pas été envoyé en prison et que sa peine devrait être aménagée.