Infos

Un Montpelliérain condamné à quatre ans de prison ferme pour apologie du terrorisme

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault mercredi 31 août 2016 à 18:14

Anthony Chabert, l'avocat du prévenu
Anthony Chabert, l'avocat du prévenu © Radio France - Badinier

Un homme de 30 ans été condamné ce mercredi par le tribunal correctionnel de Montpellier pour apologie du terrorisme. On l'a un temps soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris.

Un homme de trente ans a été condamné ce mercredi après-midi à cinq ans de prison dont quatre ans ferme par le tribunal correctionnel de Montpellier pour apologie du terrorisme.

On lui reproche d'avoir diffusé de la propagande de l'Etat islamique sur internet. Un dossier particulier car pendant plusieurs semaines les enquêteurs se sont interrogés de savoir si cet homme n'avait pas un lien avec les attentats de Paris du 13 novembre.

Une virée à Molenbeek au lendemain des attentats de Paris 

Il faut dire que lorsqu'il est interpellé le 19 novembre 2015, cet homme revient tout juste de Belgique. Une virée de deux jours à Molenbeek fief belge du terrorisme, le week-end des attentats du Bataclan.

Cela fait plusieurs mois que les services de renseignement français l'ont repéré : il est fiché S. Les attentats de Paris vont donc précipiter son interpellation. On le soupçonne d'avoir exfiltré plusieurs terroristes vers Bruxelles.

Mais l'enquête va démontrer que la virée en Belgique est une simple histoire d'amour, il tente désespérément de reconquérir sa dulcinée pour l'épouser... en vain. Rien à voir avec les attentats. "Un simple concours de circonstance, une affaire qui se termine en eau de boudin" dira son avocat.

Consultation active de sites de propagande islamiste

Pourtant la justice a estimé qu'il y avait matière à poursuive, car cet homme consulte activement des sites de propagande islamiste depuis 2013. Il consulte et il partage sur Facebook et Twitter des textes, des photos et des vidéos. On y voit des exécutions à bout portant. On y lit des appels à la vengeance.

À peine ses comptes sont-ils fermés qu'il en rouvre un autre. Nour Al Dijhad 1,  puis Nour Al Djihad 2. "C'est de l'obstination !" s'emporte le procureur à l'audience : _"Il s'attaque aux fondements de la société". _Une apologie du terrorisme que le prévenu est incapable d'expliquer :

"Je suis un imbécile. Je pensais faire quelque chose de bien, je faisais rien de plus que ce que font les journalistes."

Son avocat tente de démonter l'accusation d'apologie. "Il n'a jamais apporté aucun commentaire aux photos ou aux vidéos qu'il partageait, et puis dans les deux mois qui ont précédé son interpellation, il n'a plus partagé aucune propagande. Mieux, il a pris une autre voie en distribuant à la sortie de la mosquée des flyers pour dénoncer l'idéologie de Daesh."

"On l'a soupçonné de terrorisme, on a enquêté à tort."

L''avocat du prévenu Anthony Chabert regrette que toute l'accusation n'ait été fondée que sur cette virée à Molembeck :

"En fait il est allé demander la main de sa fiancée à Bruxelles dans le week-end du 13 novembre pour une belle histoire d'amour, mais le dossier est pollué par cela : on l'a soupçonné de terrorisme, on a enquêté à tort. Or il n'y avait rien donc on l'a poursuivi pour apologie, mais ça ne repose sur rien. L'apologie nécessite un jugement positif, approbateur de ce qu'on diffuse, or il n'y en pas de la part de mon client. Il n'a jamais commenté les partages."

Maitre Anthony Chabert

L'homme a été condamné à cinq ans de prison dont quatre ans ferme et 10 ans d'interdiction de droits de civiques. Son avocat a manifesté son intention de faire appel.

Partager sur :