Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Mosellan voulait faire sauter la centrale nucléaire de Cattenom au nom d'Al Qaïda

mardi 10 juillet 2018 à 22:57 Par Antoine Barège, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Un habitant de Piblange (Moselle) a été condamné ce mardi par le tribunal correctionnel de Thionville à 10 mois de prison parce qu'il voulait faire sauter la centrale nucléaire de Cattenom en 2016. Il avait appelé à 2 reprises le standard du site EDF pour annoncer une attaque terroriste.

La centrale nucléaire de Cattenom
La centrale nucléaire de Cattenom © Maxppp - Julio Pelaez

Cattenom, France

Le tireur fou de la Moselle refait parler de lui 23 ans après. Fabrice avait été condamné à 2 ans de prison dont un an ferme, après avoir tiré à 8 reprises sur des voitures et un bus scolaire en 1995 (une jeune fille avait été blessée). Il voulait venger son frère qu'il n'avait pas pu sauver d'un incendie. 

Il était à nouveau devant la justice ce mardi. Aujourd'hui âgé de 45 ans, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Thionville a 10 mois de prison et obligation de soin, pour avoir menacé, en octobre 2016, de faire sauter la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle). 

Identifié par son numéro de téléphone

Le 10 octobre 2016 à 23h, Fabrice appelle le standard de la centrale nucléaire de Cattenom à 2 reprises, il se présente comme envoyé par Al Qaïda et annonce un attentat avant Noël. L'homme au bout du fil explique aussi qu'une centaine d'hommes venus de Moselle, Meurthe-et-Moselle et Meuse sont prêts à frapper le site EDF. 

Une plainte est déposée par la direction, des mesures de sécurité très importantes sont prises. Le contexte était en effet un peu tendu. La France venait d'être touchée par l'assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray en Normandie. 

Inspiré par les attentats en France

L'homme est rapidement identifié et pour cause, il a appelé de chez lui, sans masquer son numéro...A son domicile à Piblange, les enquêteurs découvrent dans son ordinateur un fichier "lieux à attaquer" avec des photos de la gare de l'Est à Paris, la gare de Thionville, la centrale de Cattenom. Il reconnait les appels: il voulait devenir islamiste et vivre dans un pays islamique pour "être tranquille". Il parlait aussi d'un mystérieux commanditaire envoyé par Al Qaïda et basé à Caen. Mais sa version ne tient pas longtemps. Fabrice n'a rien d'un djihadiste en puissance, venu en survêtement au tribunal de Thionville avec ses parents mais sans avocat, il reconnait qu'il était à l'époque sous médicaments qui "lui faisaient faire n'importe quoi", il buvait aussi de l'alcool. Il a appelé la centrale nucléaire "par hasard" et aussi selon lui parce que "les images des attentats à la télé, me sont montés à la tête"

EDF réclame 1€ de dommages et intérêts

Fabrice aujourd'hui libre et sous contrôle judiciaire a le corps brûlé à 30%, la faute à une énième automutilation, devrait bénéficier d'un aménagement de peine malgré sa condamnation à 10 mois de prison ferme. 

Le directeur de la centrale nucléaire qui a écrit au président du tribunal ne réclamait qu'un euro de dommages et intérêts. Fabrice père de 4 enfants tous placés par les services sociaux a trouvé du travail, il est mécanicien automobile, il suscite plus de pitié que de haine.