Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un mystérieux crâne retrouvé au château de Rosny-sur-Seine (Yvelines)

mardi 6 novembre 2018 à 19:21 Par Marine Chailloux, France Bleu Paris et France Bleu

Un crâne et des restes d’un squelette ont été mis au jour lundi 5 novembre sur un chantier, au château de Rosny-sur-Seine dans les Yvelines. Les ossements étaient enfouis sous la terrasse. Les enquêteurs doivent maintenant les dater et comprendre les raisons de son enfouissement à cet endroit.

Un crâne et des restes d'un squelette ont été retrouvés au château de Rosny-sur-Seine (Yvelines), enfouis à deux mètres de profondeur sous la terrasse. Ils dateraient d'au moins dix ou quinze ans.
Un crâne et des restes d'un squelette ont été retrouvés au château de Rosny-sur-Seine (Yvelines), enfouis à deux mètres de profondeur sous la terrasse. Ils dateraient d'au moins dix ou quinze ans. © Radio France - Marine Chailloux

Rosny-sur-Seine, France

C’est une affaire digne d’un épisode de la série "Cold Case" que vont devoir résoudre les policiers des Yvelines ! Une découverte plutôt rare. Lundi 5 novembre, un ouvrier a trouvé  un crâne et les restes d'un squelette sous la dalle du château de Rosny-sur-Seine (Yvelines), qu'il était en train de casser. 

Le château a été construit à la fin du XVIe siècle pour Maximilien de Béthune, duc de Sully et surintendant des finances d'Henri IV. Mais la terrasse aurait été construite bien après. 

Le château de Rosny-sur-Seine (Yvelines) a été racheté il y a deux ans. - Radio France
Le château de Rosny-sur-Seine (Yvelines) a été racheté il y a deux ans. © Radio France - Marine Chailloux

En 2016, l'édifice a été racheté pour quatre millions d'euros par Antoine Courtois, directeur général de l'atelier Mériguet-Carrère de Paris.  Depuis d’importants travaux y sont menés car l’édifice était en piteux état, incendié en partie et quasiment à l’abandon. 

Des ossements enfouis à deux mètres de profondeur

C’est en cassant la dalle de la terrasse que le conducteur d’une pelleteuse a découvert des ossements. "Le propriétaire du château qui réalise de grands travaux de terrassement sur son domaine nous a alertés, raconte Arnaud Verhille, commissaire central de Mantes la Jolie, en charge de l’enquête. L’entrepreneur avait découvert avec une pelleteuse les ossements, probablement humains, enterrés à plus de deux mètres de profondeur. Nous avons donc fait déplacer l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (l’IRCGN, Ndlr), qui va devoir maintenant dater plus précisément l’ancienneté de ces ossements afin que nous puissions rechercher de manière plus historique que judiciaire à cette heure-ci, quelles sont les raisons ou les probabilités qui ont pu amener à l’enfouissement de ce corps". 

Pas de vêtements ni d'objets découverts avec les ossements

Chose qui rend encore plus difficile la datation, aucun objet ni vêtement, pas même un morceau de tissu n'a été retrouvé près des ossements. Les enquêteurs ne savent pas à ce stade s'il s'agit d'une femme ou d'un homme et si sa mort a été violente. Le squelette, trop enfoui dans la roche, est pour le moment toujours sur place. Les gendarmes vont revenir pour extraire les ossements et les analyser à l'IRCGN. "On peut raisonnablement dire que les ossements ont plus de dix à quinze ans, poursuit le commissaire Arnaud Verhille. On imagine peut-être la période de la Deuxième Guerre mondiale, mais là encore sur le plan strictement historique, il faut vérifier si des bombardements ont pu frapper cette zone et ont pu amener à l’enfouissement d’un corps, bien avant la construction de cette dalle".

Selon les résultats des analysées, le parquet pourra demander ou non à la police de mener une enquête plus traditionnelle, mais évidemment une enquête historique. "On a découvert des restes humains sur une autre commune des Yvelines, se souvient Arnaud Verhille. Il s’agissait d’une personne sans domicile fixe qui était morte dans son abri et dans des conditions dramatiques, mais ces découvertes demeurent exceptionnelles. Elles posent des difficultés d’enquête évidemment différentes de celles que nous rencontrons habituellement".