Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Nîmois en garde à vue pour possession de 67 drapeaux d'une organisation terroriste

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu
Nîmes, France

Un Nîmois a été arrêté mardi et placé en garde à vue à Avignon. Il avait chez lui plus d'une soixantaine de drapeaux, peut-être de Daech, plus probablement du front Al-Nosra, mais aussi de l'argent liquide.

Drapeau du front Al-Nosra
Drapeau du front Al-Nosra - MrPenguin20

Il avait chez lui précisément 67 drapeaux d'une organisation terroriste qui reste à identifier. Un Nîmois a été arrêté et placé en garde à vue à Avignon depuis lundi.

Il s'agit d'un homme d'une trentaine d'années, connu pour des délits mineurs commis il y a une dizaine d’années. La police l'a arrêté chez lui. L"opération a eu lieu dans le cadre d'une réquisition administrative.

Fiché S

L'homme est fiché S.  A son domicile, les enquêteurs ont trouvé des drapeaux conditionnés dans un carton. Des drapeaux semble-t-il aux couleurs du front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaida.  Ils étaient destinés à la vente ou au don. Leur origine reste elle aussi à déterminer.  

Mais la police a également saisi une réplique de kalachnikov, deux ordinateurs, plusieurs téléphones portables, des cartes SIM et des clefs USB ainsi que de l'argent liquide (2000 euros).

Il risque cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende

Patrick Bottero, le substitut du procureur de Nîmes

Le parquet de Nîmes va demander, outre l’incarcération de l’homme, l’ouverture d’une information judiciaire pour "apologie publique du terrorisme et fabrication de message à caractère terroriste". Il encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

Le point sur l'enquête avec Ludovic Labastrou, FB Gard Lozère

Patrick Bottero, substitut du procureur de la République de Nîmes
Patrick Bottero, substitut du procureur de la République de Nîmes © Radio France - Ludovic Labastrou
Choix de la station

À venir dansDanssecondess