Climat – Environnement

Incendies : "situation quasi explosive" en Provence

Par Marion Paquet, France Bleu Provence et France Bleu mercredi 3 août 2016 à 10:45

Incendie de Châteauneuf-les-Martigues le 13 juillet 2016
Incendie de Châteauneuf-les-Martigues le 13 juillet 2016 © Maxppp -

Le colonel Gregory Allione, chef des pompiers des Bouches-du-Rhône, s'inquiète du nombre grandissants d'incendies dans le département cet été. Invité de France Bleu Provence ce mercredi matin, il explique que "la moindre étincelle devient dangereuse".

Il n'y a pas eu autant d'incendies dans le département depuis cinq ans. On l'a encore vu au début de la semaine entre Éguilles et Les Milles, puis à Martigues.

Le plus gros incendie de l'été s'est produit mi-juillet sur la Côte Bleue : 700 hectares ont brûlés. Et ce ne sont certainement pas les derniers. Quelque 900 pompiers sont sur le pied de guerre chaque jour dans les Bouches-du-Rhône. Mais ils ne sont pas sereins.

Un été particulièrement sec, propice aux incendies

"Les départs de feu ont toujours une origine humaine, explique le colonel Gregory Allione. Même si effectivement certains sont malveillants, nous avons malheureusement un certain nombre de départs de feu liés à des accidents : mégots de cigarette jetés par les fenêtres de véhicules, travail forestier, barbecues mal éteints..."

"Aujourd'hui la colline de Provence est très vulnérable parce que la chaleur a fait son œuvre. La plupart des végétaux sont secs, très secs, et malheureusement nous avons des épisodes de forte chaleur et des épisodes venteux qui arrivent encore." Les feux démarrent en effet "en un rien de temps, du fait de la sécheresse accrue cette année".

"La situation est quasi explosive : à partir de 14h, de nombreux végétaux distillent des gaz dans les massifs et la moindre étincelle devient très dangereuse. À chaque fois, des vies humaines sont mises en danger."

Le colonel Gregory Allione salue le travail du parquet et des forces de l'ordre qui arrêtent les incendiaires et pyromanes, comme l'auteur du feu de la Côte Bleue, qui risque 15 ans de prison.

"Dès l'instant où quelqu'un est arrêté et qu'il ne nuit plus aux massifs de Provence, pour nous c'est un vrai soulagement parce qu'on sait que la pression incendiaire est moindre et que nous mettrons moins nos vies en danger. Hier, avec le président du SDIS, nous écoutions des collègues piégés le soir du 13 juillet à Châteauneuf-les-Martigues. Lorsque vous écoutez les témoignages, vous vous dites qu'on est passé par loin de la catastrophe et que celui qui a causé le feu, soit il est inconscient, soit il doit être puni de la plus lourde peine."

Des conseils à suivre

"L'engagement d'un pompier est avant tout la protection des autres. On est là pour protéger la population, on est là pour protéger les massifs, c'est pour cela qu'on prodigue des messages de préventions, mais aussi des conseils à suivre, insiste Grégory Allione. J'entendais ce témoignage sur vos ondes d'une dame qui se tenait prête à partir : non, restez dans vos maisons. Vous les avez débroussaillées, vous les avez entretenues. Votre maison est le meilleur abri qui soit."

"Ne prenez pas votre voiture, restez à l'intérieur de vos maisons en dur. Les seules habitations que nous évacuerons ce seront les campings et les mobile-homes. Les maisons construites en dur sont de vrais abris."

"Fermez les volets, fermez les fenêtres, détaille le chef des pompiers. Le feu passe très vite. Et en plus, si vous avez fait face à vos obligations légales de débroussaillement, si vous avez débroussaillé, vous êtes en toute sécurité. Restez à l'intérieur et attendez que le feu passe et que les pompiers viennent à votre rencontre pour vous dire que c'est fini, qu'on est là et qu'on vous protège."