Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bernard Tapie perd le contrôle de ses biens pour remboursement des 400 millions de l'arbitrage

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu
France

Les sociétés de Bernard Tapie sont en liquidation judiciaire depuis ce jeudi 30 avril. La vente de ses biens doit permettre le remboursement de plus de 400 millions d’euros. Cette somme lui avait été accordée en 2008, dans l'arbitrage de son litige avec le Crédit Lyonnais.

Bernard Tapie
Bernard Tapie © Radio France - Radio France

Bernard Tapie a soumis au tribunal un troisième plan pour étaler sa dette sur six ans, un plan recevable, mais dont le financement n'est pas assuré  selon les juges. Il va faire appel de cette décision. En attendant en matière commerciale, cet appel n'est pas suspensif et cela a des conséquences directes.

La justice prive Bernard Tapie du contrôle de ses biens

L’homme d'affaires perd donc le contrôle de ses avoirs, il s'agit notamment de son hôtel particulier parisien. L’hôtel de Cavoye, un bien exceptionnel, compliqué à vendre. "Il sera désormais difficile de trouver un acquéreur à 80 millions d'euros dans le contexte de la crise sanitaire", affirme un de ses avocats. Il est détenu par la Financière et Immobilière Bernard Tapie.

Le tribunal a aussi prononcé la liquidation de GBT, Groupe Bernard Tapie. Cette entité détient 90% du journal, La Provence. Joint par SMS, l’homme d'affaires nous répond " il n'y a pas de sujet autour de La Provence " sans autre commentaire. Cependant, les salariés du quotidien sont inquiets. Le Syndicat National des Journalistes, majoritaire, estime que "Cette décision ne manquera pas d'avoir un impact sur le fonctionnement actuel et sur l'avenir plus ou moins lointain du journal"

L'ancien patron de l'Olympique de Marseille, qui se bat contre un cancer, estime n'avoir en réalité pas touché plus de 190 millions d’euros. Il bénéficie encore d'un répit, ses créanciers ne toucheront aucun euro tant que le montant exact de sa dette n'aura pas été tranché définitivement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess