Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : un nouveau FLNC verrait-il le jour ?

Un groupe de 5 personnes, armées et cagoulées, a convié nos confrères de Corse-Matin à une conférence de presse clandestine au cours de laquelle a été remis un tract intitulé « Pè L'indipendenza ». Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

En 2016, le FLNC dit "du 22 octobre" annonçait "la cessation des actions militaires"
En 2016, le FLNC dit "du 22 octobre" annonçait "la cessation des actions militaires" © Radio France - France Bleu

Le groupe se revendique du FLNC créé en 1976, et fait référence au livre vert, sorte de manifeste du mouvement clandestin, diffusé un an plus tard. Dans cette communication d'une page figurent des interdictions et des préconisations afin, je cite, de "sauver le peuple corse d'une disparition programmée".

Communiqué du 30.09.2019
Communiqué du 30.09.2019 - France Bleu RCFM

Ce FLNC version 2019 décline les revendications traditionnelles des nationalistes, mais de façon très radicale. Il décrète par exemple l’interdiction pour les non Corses d’acheter des biens fonciers ou immobiliers, et prévient : ceux qui l’auraient fait ces 10 dernières années doivent impérativement les revendre à leur prix d’origine. Interdiction aussi d’implanter de nouvelles grandes surfaces et limitation du nombre de touristes à 600 000 en été, pas plus de deux fois la population locale.

Dans cette même communication, les clandestins portent un regard critique sur la majorité territoriale, regrettant, peut-on lire, qu’elle continue de s’égarer sur un chemin qui conduit à l’intégration définitive du peuple corse dans la société française. Avant de conclure que, conformément à l’engagement historique du FLNC, ils ne porteront jamais atteinte aux personnes, mais seulement aux biens.

Ultime avertissement : « nous veillerons, par la force si nécessaire, à ce que ces interdictions soient appliquées ».

Difficile à ce stade de savoir, au-delà des mots, quel crédit accorder à ces menaces. Une chose est sûre, elles interviennent dans un contexte de violence particulièrement tendu et ne font qu’ajouter au climat délétère que connaît aujourd’hui la Corse.
 

Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête ouverte après cette annonce. Elle devrait être confiée conjointement aux services de police et de gendarmerie, selon l'AFP. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess