Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sauvetage sur l'eau : un nouveau simulateur dans le bateau-école des pompiers du Bas-Rhin

mardi 10 avril 2018 à 12:30 - Mis à jour le dimanche 15 avril 2018 à 20:33 Par Soizic Bour, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Le SDIS du Bas-Rhin a inauguré vendredi 6 avril un nouveau module d'entraînement pour que les pompiers en formation apprennent à sauver des victimes d'un incendie dans un bateau.

Le bateau-école du SDIS 67, amarré dans le port autonome de Strasbourg.
Le bateau-école du SDIS 67, amarré dans le port autonome de Strasbourg. © Radio France - Emilie Garcia

Port Autonome Sud, Strasbourg, France

Un bateau passagers "simulateur" pour aider les pompiers à sauver des victimes prises au piège dans un incendie ou un naufrage en mer, voilà le dernier né du centre rhénan d'entraînement à la maîtrise des risques fluviaux (CRERF), en partenariat avec le SDIS 67. Il a été inauguré vendredi 6 avril. 

Le dispositif est construit à l'intérieur du Regina Rheni, le bateau-école des sapeurs-pompiers, qui mouille actuellement dans le port autonome de Strasbourg.

Les couloirs sont assez exigus, tout est pensé pour mettre les pompiers en formation en situation réelle. - Radio France
Les couloirs sont assez exigus, tout est pensé pour mettre les pompiers en formation en situation réelle. © Radio France - Emilie Garcia

Le simulateur est niché dans la cale du bateau-école : plusieurs petites cabines ont été reconstituées, avec des mezzanines pour certaines, dans un couloir très étroit. Certaines pièces abritent de la lingerie ou bien une salle à manger, avec une table et des chaises, pour augmenter la difficulté

La salle "lingerie" du module d'entraînement. - Radio France
La salle "lingerie" du module d'entraînement. © Radio France - Emilie Garcia

Le module a été entièrement pensé par Thierry Romilly, l'officier CRERF. Il a dessiné des plans, puis construit le simulateur de toutes pièces, dans la cale du bateau, sur un faux plancher. "Une nécessité", pour lui, puisque finalement "c'était le seul module qui nous manquait". 

Dans le simulateur, les stagiaires sont en conditions réelles : "On leur met le feu, la fumée, la chaleur, des mannequins au sol, et ils doivent se déplacer avec l'ARI, un appareil respiratoire lourd de près de 15 kilos parfois", ajoute-t-il. "Il n'y a pas vraiment de différence entre l'exercice et un vrai feu", souligne-t-il. L'objectif des stagiaires : récupérer les mannequins qui seront disposés au sol ou cachés sous les mezzanines, par exemple. 

Différents scénarios 

Les formateurs, comme l'adjudant Franck Stelli, ont déjà commencé à plancher sur les différents scénarios pour les futurs stagiaires : "On essaie de penser à leur faire faire des cheminements complexes, parce que c'est le propre de ce genre de module, très exigu et avec des choses au sol, ou bien qui peuvent tomber, par exemple", note-t-il.

Une cabine reconstituée dans le simulateur. - Radio France
Une cabine reconstituée dans le simulateur. © Radio France - Emilie Garcia

Un dispositif essentiel donc pour les sapeurs-pompiers, et un des seuls qui leur manquait pour s'entraîner à des sauvetages en mer, dans une région ou les croisières sont de plus en plus prisées des touristes, sur le Rhin ou le Danube. "C'est quelque chose qui peut arriver n'importe où et n'importe quand", souligne Thierry Romilly. 

La construction du simulateur a coûté quelques 10 000 euros. Dés le mois de mai, les sapeurs pompiers qui viennent se former pourront avoir accès à ce simulateur. Pour 2018, c'est complet, il y a 16 stagiaires par jour qui vont venir tester ce nouveau module.