Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nouveau rassemblement de soutien à Moussa à Nîmes avant son procès à Lyon

lundi 11 juin 2018 à 20:14 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Une trentaine de personnes se sont rassemblées lundi soir devant la préfecture à Nîmes en soutien à Moussa. Ce jeune Guinéen homosexuel est jugé ce mardi à Lyon pour avoir refusé d'embarquer dans l'avion qui le ramenait en Guinée.

Une trentaine de personnes rassemblées devant la Préfecture du Gard
Une trentaine de personnes rassemblées devant la Préfecture du Gard © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

C'était le 3 mai dernier à Lyon. Moussa, un jeune Guinéen de 28 ans refusait d'embarquer dans l'avion qui devait le ramener dans son pays d'origine. La France a en effet refusé l'asile politique à cet artiste acrobate, pourtant complètement intégré à Nîmes, où il vit. De nombreuses associations le soutiennent depuis le début, comme Aides, où le jeune homme militait, ou RESF (Réseau éducation sans frontières). Ses bénévoles ne comprennent toujours pas pourquoi la France a rejeté la demande d'asile. 

"On ne comprend ni la détention ni l'acharnement dont il est victime."

Yves Carel, militant à RESF

Des associations toujours mobilisées 

Moussa ne veut pas retourner en Guinée, où l'homosexualité est condamnée de trois ans de prison. Il risque surtout des violences de la part de ses proches. 

Reportage devant la Préfecture du Gard

Ce mardi, une quinzaine de Nîmois se rendent à Lyon pour assister au procès de Moussa. Il sera jugé pour avoir refusé d'embarquer. Les démarches pour obtenir sa régularisation sont toujours en cours. Quoiqu'il arrive, les associations ont décidé de rester mobilisées pour faire pression sur le gouvernement.