Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un octogénaire landais condamné à deux ans de prison ferme pour agressions sexuelles

mercredi 16 mai 2018 à 8:10 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne et France Bleu

Un homme âgé de 82 ans, a été condamné ce mardi à deux ans de prison ferme, avec obligation de soins et interdiction de toute activité le mettant en contact avec des mineurs. Ce professeur de danse de salon comparaissait pour des agressions sexuelles et détention de photos pédopornographiques.

Ce professeur de danse de salon, âgé aujourd'hui de 82 ans, comparaissait pour des agressions sexuelles et détention de photos pédopornographiques
Ce professeur de danse de salon, âgé aujourd'hui de 82 ans, comparaissait pour des agressions sexuelles et détention de photos pédopornographiques © Maxppp - Fred de Noyelle / Godong

Mont-de-Marsan, France

Audience de plus de trois heures ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Un professeur de danse de salon, âgé aujourd'hui de 82 ans, comparaissait pour des agressions sexuelles et détention de photos pédopornographiques. Il a été condamné à deux ans de prison ferme avec obligation de soins et interdiction de toute activité le mettant en contact avec des mineurs.  

Pendant trois ans, cet habitant de Saint-Martin-d'Oney est intervenu au collège Duruy à Mont-de-Marsan pour des cours de danse. D'abord trois fois par semaine, puis deux fois, avec de jeunes collégiens âgés de 11 à 14 ans. Cinq d'entre eux ont dénoncés des mains aux fesses, sur les seins et le sexe

Durant l'audience, le professeur de danse a bafouillé, haussé les épaules, changé de version, marmonné : "Toucher c'est pas caresser. C'est un complot je ne me souviens plus..." "Expliquez vous! faites un effort", s'énerve le président. Jacques est tactile, tous ses proches le reconnaissent, ce qui peut être mal interprété prévient sa fille. Pour le tribunal, il n'y a pas eu de doute  les gestes étaient déplacés.

Mains sur les fesses, sur le sexe, sur les seins

Le président lui rappelle alors sa condamnation en 2005 pour agression sexuelle sur deux fillettes. Dans son ordinateur, les enquêteurs retrouvent des  photos téléchargées, pornographie massive, de mineurs. "Des photos atroces" s’écœure le président.

Jacques relativise : "C'est elles qui voulaient faire des portées, comme dans Danse avec les stars". Du haut de leur 11-12 ans, les enfants croyaient être en sécurité au collège face à ce monsieur qui leur apportait de temps en temps des chocolats. Jusqu’au moment où ils ont tiqué, "on se disait que l'endroit où il mettait les mains c'était pas normal", explique l'un d'eux "parfois il voulait des câlins, alors il nous ceinturait en nous touchant les seins".

Cinq victimes parlent de mains sur les fesses, sur le sexe, sur les seins. Il leur propose aussi de les emmener faire du bateau, ou de les ramener chez elles... "C'est sur son chemin" dit-il, alors que le professeur ignore où ces enfants habitent. En voiture, il laisse sa main sur la cuisse de sa passagère "c'est pour qu'elle m'indique le chemin", commente l'octogénaire. Le président s'agace : "On parle d'enfants monsieur".  Jacques ne se laisse pas faire, "j'ai vécu une vie parfaitement droite. J'ai fait du bénévolat... donné 150 fois mon sang. Les enfants c'est de la dynamite", confesse t-il. Le ministère public secoue la tête : "Ces enfants avaient 11-12 ans. Ils étaient naïfs." Jacques tente quelques excuses "si je leur ai fait mal, je leur demande un grand pardon". "Vous n'avez rien compris", se désole l'avocat d'une victime "il n'y a pas de si...  oui vous avez fait mal".

"Vous reconnaissez que vous êtes attirés par les jeunes filles ?" questionne le président. "Je peux dire que c'est plutôt passé", "ça passe rarement tout seul", lâche le président.

Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions du ministère public, qui réclamait trois ans de prison dont un an avec sursis. Il n'y a pas eu de mandat de dépôt à l'issue de l'audience, la peine de l'octogénaire est aménageable.