Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'officier français signalé à la justice est écroué pour "intelligence avec une puissance étrangère"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La ministre des Armées, Florence Parly, a confirmé ce dimanche qu'un officier français faisait l'objet d'une procédure judiciaire. Il est soupçonné d'espionnage au profit de la Russie. Mis en examen, il a été placé en détention provisoire.

Florence Parly, la ministre française des Armées
Florence Parly, la ministre française des Armées © Maxppp - Aurelien Morissard

Un officier français est bien soupçonné d'espionnage en faveur de la Russie. Ce dimanche, la ministre des Armées, Florence Parly, a confirmé une information d'Europe 1. Elle annonce avoir saisi la justice pour "atteinte à la sécurité". Cet officier a été récemment mis en examen pour trahison au bénéfice de la Russie, des chefs de "livraison d'informations à une puissance étrangère", "intelligence avec une puissance étrangère portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation" ou encore "compromission du secret de la défense nationale par une personne dépositaire de ce secret".

Soupçonné d'avoir transmis des documents sensibles à la Russie

D'après les informations d'Europe 1, l'officier, père de cinq enfants, était basé à Naples, en Italie, dans le centre militaire de l'Otan. Créé fin 2017 par l’Alliance atlantique, ce centre, qui abrite une centaine de personnes, a pour mission de quadriller la zone "Méditerranée" : le Moyen Orient, le Sahara et la Libye. L'homme d'une cinquantaine d'années est soupçonné d'avoir transmis des documents militaires aux services secrets russes, il aurait été vu en compagnie d'un homme identifié comme étant un agent de Moscou.

Le procureur de la République a été saisi le 22 juillet par le ministère des Armées. L'officier a été arrêté par la DGSI, la Direction générale de la Sécurité intérieure, courant août, alors qu'il était en vacances en France. Il a été placé en détention provisoire le 21 août dernier à la prison de la Santé à Paris, et attend d'être à nouveau entendu par les enquêteurs et la justice.

"Nous avons pris toutes les mesures de sauvegarde qui étaient nécessaires", a précisé Florence Parly. Elle a assuré que le ministère des Armées apporterait "toute sa coopération" à la justice dans cette affaire. Les inculpations et condamnations de militaires pour espionnage au profit d'une puissance étrangère sont rares en France, inférieures à une dizaine depuis la Guerre froide.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess